Agents publics mobilisés le 10 octobre

Publié le 02/10/2017 à 14H07
Et vous, vous faites quoi le 10 octobre ? Participez aux manifs partout en Lorraine 

Verdun : 9h30 départ Hôpital Saint Nicolas

Metz : 10h départ place de la gare

Epinal : 14h départ préfecture

Bar-le-Duc : 14h départ cité administrative

Nancy :

Rendez-vous le matin sur le parking de la piscine Nancy Thermale (face au Conseil Général) à 7h00

  • Tractage devant le Conseil Général, la cité judiciaire, la caserne Verneau-Blandan

9h30 rendez-vous sur le parking Auchan boulevard Lobau

  • Stand-up devant le commissariat et distribution de tracts à destination du grand public

11h  parking porte st Catherine

  • Tractage sur le rondpoint au grand public et devant le bâtiment des impôts et la caserne rue Sainte Catherine

Un délégation intersyndicale sera reçu à la Préfecture.

14h départ Hôpital Central

Le 10 octobre, avec la CFDT et la totalité des fédérations de fonctionnaires participez nombreux à la grève et aux manifestations unitaires organisées en Lorraine pour :

  • Défendre vos missions, vos emplois, votre pouvoir d’achat, le statut de la Fonction publique.
  • Refuser le rétablissement du jour de carence, la dégradation continue de vos conditions de travail, la fermeture de services publics.
  • Exiger une juste reconnaissance de votre travail en termes d’évolution de carrière.

Ce que veut la CFDT

Missions, Effectifs

La réflexion sur les missions doit être collective et transparente, en donnant la parole aux agents et aux usagers, mais sans substituer cette parole à celle de la démocratie délibérative et des organisations qui ont vocation à représenter travailleurs et usagers. Par ailleurs, il faut stopper d’urgence l’hémorragie des effectifs, qui impacte directement la santé des agents et la pérennité du service public.

Jour de carence

Son rétablissement doit être abandonné car ce dispositif a prouvé son inefficacité et son injustice. Pour la CFDT, il n’est pas question d’accepter une culpabilisation et une stigmatisation des fonctionnaires, en pointant leurs jours d’absence, alors que s’accentue la dégradation de leurs conditions de travail, impactées par les suppressions massives d’effectifs et l’accumulation de réformes de plus en plus anxiogènes.

Gel du point d’indice

L’annonce d’un nouveau gel du point d’indice pour 2018 est totalement inacceptable après de longues années de détérioration du pouvoir d’achat. La CFDT revendique une juste rémunération et l’augmentation du pouvoir d’achat. Cela passe notamment par la possibilité de passer un accord triennal sur l’augmentation des rémunérations. La CFDT est par ailleurs opposée à l’idée du gouvernement en faveur d’une décorrélation du point d’indice entre les 3 Fonctions publiques (Etat, Territoriale et Hospitalière.)

Compensation de la hausse de la CSG

Contrairement aux salariés du privé et aux indépendants, le gouvernement ne prévoit pas de hausse de pouvoir d’achat en contrepartie de la hausse de la CSG pour les fonctionnaires

La compensation de la hausse de la CSG comprendrait deux éléments :

- la suppression de la contribution exceptionnelle de solidarité de 1 % pour les fonctionnaires et de la cotisation maladie de 0,75 % pour les contractuels,

- la création d’une indemnité compensatoire au 1er janvier 2018 dont les modalités ne sont pas encore arrêtées.

 

La CFDT revendique :

Une compensation intégrale de la hausse de la CSG par une hausse proportionnelle de la valeur du point d’indice et une hausse du pouvoir d’achat comparable à celle des salariés du secteur privé.

Respect du calendrier PPCR

Le gouvernement se doit d’honorer la parole de l’Etat et de respecter le calendrier de la mise en œuvre du PPCR. En cette période de disette salariale, les moindres gains de points d’indice sont bons à engranger.

Complémentaire santé et prévoyance

La CFDT souhaite une participation significative de l’employeur au financement de la protection complémentaire santé et prévoyance des agents publics.

Les conditions de vie au travail et la prévention de l’inaptitude

La CFDT souhaite avancer sur de nombreux sujets, tels que le droit à la déconnexion, le télétravail, la mise en œuvre d’espaces d’expression pour les agents sur leur lieu de travail, la formation, le compte de prévention de la pénibilité, poursuivre le travail sur la prévention de l’inaptitude et l’organisation des instances médicales et dresser un bilan sur les dispositions contenues dans le titre 2 de l’ordonnance 2017-53 : accès au temps partiel thérapeutique, préparation au reclassement (en lien avec le travail sur le compte personnel de formation), imputabilité des accidents de service.