29 30 septembre et 1er octobre : la CFDT rencontre les équipes

Publié le 06/10/2009 à 00H00
Le 29 septembre, Alain GATTI secrétaire général de la CFDT Lorraine s'est rendu à TRONVILLE en Barrois, accompagné du secrétaire général de la CFDT Meuse, pour rencontrer la section syndicale de Sodétal.
29 30 septembre et 1er octobre : la CFDT rencontre les équipes
29 30 septembre et 1er octobre : la CFDT rencontre les équipes
Le 29 septembre, Alain GATTI secrétaire général de la CFDT Lorraine s'est rendu à TRONVILLE en Barrois, accompagné du secrétaire général de la CFDT Meuse, pour rencontrer la section syndicale de Sodétal.
Fabriquant de fibres d’acier tressées entrant dans la composition des pneumatiques, l’entreprise Sodétal a été confrontée à une baisse importante d’activité depuis fin 2008. Après avoir épuisé les congés payés et les compteurs de RTT il a fallu recourir au chômage partiel a indiqué Serge LEBAS secrétaire du CE.
C’est là que la section syndicale CFDT a du alors s’employer à négocier avec la direction pour que les effets du chômage partiel se fassent sentir le moins possible sur les fiches de salaire des salariés. Le Délégué syndical Hamou JOUHRI et sont successeur, Murat CELIK, ont commencé à faire des recherches pour des formations et à regarder ce qui se faisait ailleurs dans le groupe SAARSTAHL, auquel appartient l’usine meusienne.
La CFDT à alors revendiqué et obtenu une indemnisation du chômage partiel à hauteur de 75% du salaire Brut. Autant dire que l’action de la CFDT a payé !
De leur coté, Samir MECHTAOUI et Michel ALVES, respectivement membre et secrétaire du CHSCT, restent vigilants pour, alors que la reprise d’activité se fait sentir, les conditions de travail des salariés ne se dégradent pas (intensification du travail, pression sur les salariés, TMS). En effet, la crise a engendré la suppression des postes occupés par des salariés intérimaires qu’il n’est pas prévu de réembaucher.
Alain Gatti a pu constater par lui-même, de la qualité du travail de la section CFDT de Sodétal.

Face à la Crise, la CFDT à vos cotés