Florange - 1ère réunion entre la direct° et l'intersyndicale ...

Publié le 07/03/2012 à 00H00
Chronique d'un conflit avec quelques photos, par Jean-Paul Steunou - Articles dans la presse quotidienne régionale
Florange - 1ère réunion entre la direct° et l'intersyndicale ...
Florange - 1ère réunion entre la direct° et l'intersyndicale ...
Chronique d'un conflit avec quelques photos, par Jean-Paul Steunou - Articles dans la presse quotidienne régionale





Mercredi 28 février 2012
Journée de manifs...
Il y a eu les manifs à l'appel de la CES (confédération européenne des syndicats)... et il y a eu la manif de Florange.
Les sidérurgistes sont partis des bureaux de Mittal pour rejoindre une sortie de l'usine, le portier de 'la vallée'. Ils sont entrés dans l'usine et ont bloqué la sortie des camions jusque dans l'après midi.
Quelques élus du PS, du NPA et d'EELV étaient présents dans le cortège. Une délégation des commerçants de la vallée de la Fensch est venue apporter son soutien aux sidérurgistes.
Demain, la journée devrait être calme, pas de rendez-vous de programmé. Les militants seront présents dans les locaux syndicaux pour veiller au grain.
La journée de vendredi devrait être plus chargée. Une action plus dure est prévue mais elle doit rester secrète jusqu'au dernier moment. Je pense pouvoir vous donner plus d'infos demain soir. Si ce n'est pas possible, écoutez les radios vendredi matin si l'action se fait, elles en parleront.
Pendant une partie de la matinée, le bruit à couru, colporté par quelques journalistes, que Sarko viendrait demain matin. Vu son emploi du temps qui a été annoncé dans les média, il y a peu de chance qu'il vienne, ou alors il a un sosie ou le don de se dédoubler...
Pascal Jaskula, directeur de La Passerelle (salle de spectacle de Florange) nous a donné une première liste d'artistes qui soutiennent la mouvement : Bernard Lavillier, Guy Carlier, Guy Bedos, Jean-Michel Ribes, Sophia Aram, Stéphane Bern, Christophe Alévêque, Audrey Vernon, Albert Meslay, Antoine De Caunes, Edouard Baer, Régis Maillot, Manuel Pratt, Michel et Odile Massé,; Vincent Roca, Heidi Brouzeng, Michel Didym, Bernard Bouvelot, Idir, Didier Porte, François Rollin, Laurent VIolet Trinidad et Zbda... Pas mal hein ? Que du bon, que de la qualité. Tous ces artistes sont passés plusieurs fois à la Passerelle et y ont été tellement bien accueillis qu'ils n'ont pas oublié Florange !
Nous venons de recevoir, toujours de la Passerelle, un courriel annonçant la venue de Guy Bedos le 12 mars. Préparez-vous à venir nombreux...

Jeudi 1er mars 2012
Journée réflexion... et de repos pour les militants
Hier, les militants avaient décidé que la journée d'aujourd'hui serait une journée de repos et de réflexion, dans chaque syndicat. En effet, après plus d'une semaine de lutte, la fatigue se fait sentir chez bon nombre de militants qui sont sur la brèche depuis le début du conflit.
Une réflexion était aussi nécessaire pour envisager la suite...Hier, des journalistes avaient fait courir le bruit que Sarko viendrait à Gandrange, pardon, à Florange ! Il n'en n'a pas eu le courage...
Ce matin, le candidat-président était l'invité de la matinale de France-Inter. Il y a fait des annonces qui peuvent déstabiliser ceux d'entre vous qui n'ont qu'une connaissance partielle du dossier sidérurgique. A Florange, les syndicats sont pour le moins critiques; ils se souviennent des promesses faites à Gandrange, et les salariés aussi, surtout ceux de Gandrange mutés à Florange à la fermeture de leur aciérie.
Les responsables syndicaux se sont exprimés dans les média mais, pour l'instant, seule la CFDT a sorti un tract. Pour ce syndicat : 'Il s'agit d'une présentation fallacieuse... qui provoque l'indignation et l'écœurement de la CFDT de Florange'
L'action prévue par l'intersyndicale pour demain est maintenue.
Rendez-vous, pour ceux et celles qui le peuvent, à 8 h 30 devant les locaux syndicaux.

Vendredi 2 mars 2012
Face à face avec les forces de l'ordre
Le rendez-vous habituel était à 8 h 30 devant les locaux syndicaux. Par ce temps gris et frais, ce n'était pas la foule des grands jours ! Nous savions qu'une action importante devait avoir lieu ce matin, mais, seuls les responsables de l'intersyndicale en connaissaient l'objectif.
Le bruit d'une visite surprise de Sarko continue de circuler, surtout à la vue de déploiement de forces de police dans Florange. Après Bayonne, osera-t-il venir chez les sidérurgistes ?
La foule grandit rapidement et l'objectif est dévoilé : occupation de la gare d'Ebange, nœud ferroviaire stratégique de l'usine.  Dès 10 heures nous sommes sur place. Le poste de commande est rapidement occupé et des militants qualifiés en prennent le contrôle. L'action se passe dans le calme et, immédiatement, la circulation des trains est stoppée.
A quelques mètres des voies de Mittal, passent les voies SNCF, dont la voie TGV Paris-Luxembourg... C'est tentant ! Rapidement la décision est prise, par les militants de la CFDT et de la CGT, d'occuper les voies SCNF. La sécurité est respectée, la SNCF avertie coupe le courant et bloque tous les trains. A partir de ce moment, nous attendons les 'forces de l'ordre'.
Elles arrivent vers midi, précédées du sous préfet de Thionville, représentant de l'Etat et du responsable départemental des forces de polices (je ne garanti pas l'exactitude de son titre !). Après les trois sommations d'usage, les militants sont rapidement encerclés et repoussés vers l'usine. Au total, l'intervention durera 2 heures. L'objectif des sidérurgistes était de faire parler d'eux, il est atteint.
Après les déclarations de Sarko qui ont semé le doute chez les Français qui ne connaissent pas précisément le dossier, il faut sans cesse réexpliquer que toutes ces annonces ne sont que du vent, que de l'enfumage. Le titre et l'extrait d'un article du journal Le point montre bien la nécessité de sans cesse réexpliquer : ' Florange. ArcelorMittal va investir 17 millions d'euros et redémarrer un haut-fourneau  : Les salariés d'ArcelorMittal de Florange ont gagné une bataille. Le deuxième haut-fourneau de l'usine sidérurgique va redémarrer au deuxième semestre ... Invité de France Inter ce jeudi matin, le président de la République... 'Il repartira au deuxième semestre 2012', a assuré le candidat UMP... Ce sont des décisions concrètes, comme pour Petroplus, comme pour PhotoWatt, comme pour Lejaby (...) comme pour Alstom', ... Ca, c'est du concret, il faut se battre pour obtenir ça', a-t-il conclu. '
Pour ces raisons, l'intersyndicale ne laissera pas retomber la pression. Déjà, des actions 'coup de poing' sont programmées pour les semaines qui viennent. Pour réussir, elles doivent rester secrètes jusqu'au dernier moment ! Rendez-vous lundi 5 mars, à partir de 8 h 30, à Florange, devant les locaux syndicaux.

Lundi 5 mars 2012
3ème semaine ! L'action se poursuit
En ce début de troisième semaine, l'intersyndicale a fait le point des deux semaines passées et préparé celle à venir. La stratégie est maintenant bien en place. Les objectifs des actions ne sont donnés qu'au dernier moment, ils sont diversifiés au maximum et de durée variable... Il s'agit de déstabiliser la direction et de la prendre au maximum par surprise.
Il a été décidé de réoccuper le portier d'Ebange d'où partent les expéditions routières et le poste de commandement de la gare d'Ebange d'ou partent les expéditions ferroviaires. L'occupation devrait durer jusqu'à demain, à moins que...
D'autres rendez-vous sont déjà fixés pour le reste de la semaine, mais je vous en dirai plus au jour le jour.
Pour les syndicalistes, il s'agit de durer, de ne pas épuiser les militants car, je vous le rappelle, il n'y a pas d'appel à la grève. Il s'agit de démontrer que le travail peut se faire sans la direction qui est jugée incompétente.
Les salariés sont invités à venir renforcer les actions pendant leurs temps de repos ou de chômage afin de ne pas perdre trop sur leurs salaires. Rappelons également que beaucoup d'entre eux chôment partiellement depuis plusieurs moins et perdent ainsi plus de 500 euros par mois. 
La journée de vendredi, avec l'intervention des gardes mobiles, semble avoir regonflé les troupes...

Mardi 6 mars 2012
Première réunion entre la direction et l'intersyndicale : durcissement des positions de la direction
Ce matin, a eu lieu à Metz, une première rencontre entre direction et syndicats. Les patrons ont apporté des précisions sur les promesses d'investissements annoncées par Sarko et confirmées timidement par Mittal. Aucun engagement n'a été pris pour un éventuel redémarrage du haut-fourneau de Florange !
Sur les 15 millions promis, seule une partie des 2 millions nécessaires à l'entretien vont être débloqués rapidement. Pour le reste, rien ne se ferra avant, au moins un an... et toujours à la condition qu'il y ait reprise des commandes. Autant dire qu'il n'y a rien de neuf !
Les syndicats ont proposé, pour débloquer la situation, qu'un accord tripartite entre eux, Mittal et l'Etat, soit signé sur un engagement ferme d'un calendrier des investissements avec comme objectif, le redémarrage. La direction locale va faire passer le message mais elle a dit que ce ne serait pas facile à faire accepter par Mittal. Sur l'avenir de Packaging (boites métalliques...) rien n'a été dit.
En conclusion, la direction a déclaré qu'elle ne pouvait plus tolérer le blocage de l'usine et qu'elle allait prendre toutes les mesures légales possibles. Hier soir, nous avons eu la visite d'un huissier de justice. Pour ceux qui ont déjà vécu ce genre d'action, c'est le début des hostilités. La suite, c'est le passage au tribunal, en référé, puis la décision de justice, puis des lettres individuelles à certains militants considérés comme les meneurs, avec injonction de lever les barrages sous peine d'astreintes financières journalières.
Déjà, quelques 'petits chefs' sont venus faire un peu de provoc. Cet après-midi, l'ambiance était plus lourde que d'habitude...
Au niveau de l'intersyndicale, la CFE-CGC n'est plus solidaire des actions de blocage... Sans doute des pressions d'une partie de la hiérarchie ! FO était absente également, hormis un ou deux militants.
Le gag de la journée : Ce matin, en fin de réunion, la direction a demandé aux syndicats si elle pouvait réintégrer ses bureaux de Florange. Ces messieurs se disent traumatisés par leur exclusion ! Ils ont également dit qu'une partie du personnel était, comme eux, fortement choquée par l'action en cours et que cela nécessitait la mise en place d'une cellule de soutien psychologique... !
Le déroulement de la journée de demain sera un peu particulier. Normalement, les blocages continuent, sauf événement particulier cette nuit. Le matin, dans la salle de la Passerelle à Florange, aura lieu une réunion des militants et adhérents de la CFDT, en présence de François Chérèque, secrétaire général, d'un représentant de la FEM (la fédération européenne des métallurgistes), ainsi que des responsables de l'Union Départementale de Moselle et de l'Union Régionale de Lorraine de la CFDT. Cette assemblée est réservée aux adhérents et sympathisants de la CFDT. Il est évident que des mesures sont prises pour que, en cas de 'problèmes' sur les points de blocage, tout le monde puisse s'y rendre rapidement...


Florange - Un conflit au long cours ?
Florange : François Chérèque à la rencontre des salariés le 7 mars