Florange - C'est reparti !

Publié le 16/03/2012 à 00H00
Chronique d'un conflit avec quelques photos, par Jean-Paul Steunou + Articles dans la presse quotidienne régionale
Florange - C'est reparti !
Florange - C'est reparti !
Chronique d'un conflit avec quelques photos, par Jean-Paul Steunou + Articles dans la presse quotidienne régionale

 


Mercredi 7 mars 2012
Une journée charnière
Le blocage des expéditions routières et ferroviaires se poursuit toujours. Les actions de blocage des expéditions commencent à porter leurs fruits : plusieurs sites et clients  arrêtent des installations. Ce matin, les syndicats ont montré qu'ils savent prendre leurs responsabilités et fait preuve de bonne volonté en laissant sortir quelques produits vitaux pour des clients automobiles (Volkswagen).
De même dans un souci de préserver l’outil de travail, l’intersyndicale organise l’alimentation régulière de la cokerie pour la maintenir en état et de TATA Steel (ex-CORUS), pour éviter la mise en chômage des salariés.
Ce matin, François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, était présent à Florange, ainsi qu'un responsable de la FEM. Devant quelques centaines de métallos CFDT venus de toute la France, il a réaffirmé le soutien total du syndicat, 'de la base au sommet' à la lutte des sidérurgistes de Florange.
Sabotage ! C'est le mot qui a été utilisé pour qualifier une contre manifestation organisée par la CFE-CGC à l'occasion du rassemblement des militants CFDT au local syndical, après le meeting. Une cinquantaine de personnes, des petits et moyens chefs, encadrés par quelques responsables de la CGC, sont venus faire de la provoc et demander la levée des blocages d'expéditions. Probablement quelque peu remontés par la direction, ils réclamaient la liberté du travail ! Après avoir provoqué sans succès les militants CFDT, ils se sont rendus au portier de l'usine pour faire le même cinéma... sans plus de succès, mais en donnant, devant les médias, l'image de la division. La direction n'en attendait pas moins !
En début d'après midi a eu lieu une courte réunion de l'intersyndicale (à laquelle participaient les responsables CGC qui venaient de faire leur provocation !). Cette réunion a confirmé, à l'unanimité, la position des 4 syndicats ! Comprenne qui peu...
Retour des forces de l'ordre ? En fin d'après midi, nous avons appris que la direction avait gagné le référé déposé au tribunal. Il est demandé aux syndicats de lever les points de blocage. S'ils refusent, il pourra y avoir intervention des forces de l'ordre dès demain matin.
Les blocages continuent donc cette nuit, mais les militants s'attendent à des interventions policières rapidement.
Voilà comment la direction de Mittal voit la négociation !
Un appel est lancé, à toutes celles et à tous ceux qui le veulent et qui le peuvent. Demain, les sidérurgistes auront probablement besoin de vous. Si vous en avez le temps, faites un petit tour par Florange... A n'importe quel moment de la journée, je ne peux pas vous en dire plus à cet instant !

Jeudi 8 mars 2012
Négociations...
Contrairement à ce qu'ont annoncé les radios et les télé, à 18 h nous n'avions toujours pas été délogés !
Seuls les grand bureaux ont été réinvestis par les patrons. De toute façon il n'y avait plus personne et ce n'était plus, depuis un moment, le point stratégique ! Pour 'sécuriser', ils ont fait appel à une société de vigiles particulièrement baraqués car le préfet n'a toujours pas donné l'ordre aux flics d'intervenir.
Petite mise au point sur l'intersyndicale : Ce matin, le même communiqué des syndicats que celui d'hier a été distribué. Une seule différence entre les deux papiers... sur celui de ce matin, il n'y a plus que trois syndicats, la CFE-CGC a disparu ! Ils figuraient sur la première version car ils avaient participé à la réunion d'hier et avaient même participé à la rédaction du communiqué. C'est donc de toute bonne fois que leur sigle avait été maintenu. Ce matin, ils ont piqué une grosse colère... Maintenant c'est clair la CGC a quitté l'intersyndicale. Il faudra bien qu'un jour ou l'autre elle en rende compte aux salariés qui lui faisaient confiance...
Décision de justice : Dans la matinée, nous avons eu la visite d'un huissier de justice venu nous notifier la décision de justice nous enjoignant de lever le blocage au risque de nous faire déloger par les force de l'ordre. Les militants ont refusé de partir.
Négociation : A l'initiative de la préfecture et sur demande des syndicats, une réunion a eu lieu en sous préfecture de Thionville. Elle réunit les syndicats, les patrons et les représentants de l'Etat. L'objectif est d'obtenir des garanties écrites et signées, de l'Etat et de Mittal sur un calendrier d'investissements pour garantir le redémarrage des hauts-fourneaux.
La réunion a démarré à 14 h 30 et, au moment ou j'écrit ces lignes, elle n'est toujours pas terminée. Les rares échos qui ont filtré laissent entrevoir qu'elle va encore durer un moment et que les blocages qui viennent de la direction ne sont pas encourageants ! Nous en saurons peut-être un peu plus demain matin dans la presse.
La suite : demain devrait être une journée relativement calme. Même si les forces de l'ordre interviennent, ce sera pour pas grand chose car l'usine est en chômage programmé depuis de longues semaines. Il n'y aura donc, de toute façon, pas de production.
Dimanche à 16 h : concert de musique devant les grands bureaux
Lundi à 12 h : venue de Guy Bedos dans les locaux syndicaux
Lundi à 17 h : AG du personnel à La Passerelle à Florange
Rendez-vous lundi pour un autre 'Florange au jour le jour'

Lundi 12 mars 2012
C'est reparti !
Un petit point de la situation après un WE de repos et au début d'une 4ème semaine de lutte...
Vendredi :  Ce matin 9 h 00 une vingtaine de manifestants accompagnés d’une journaliste de C+ stationnent devant l’entrée du site des Grands-Bureaux de Florange, les vigiles en faction en interdisent l’entrée. Le DRH appelé, arrive, accompagné d’un garde du corps musclé, accepte que les salariés entrent pour aller boire un café, mais refuse obstinément que la journaliste et sa caméra entre. Rien n’y fait. Il se butte et repart dans ses bureaux.
Le petit groupe de manifestants repart alors au portier des expéditions et laisse passer quelques camions qui doivent livrer la cokerie et ainsi de suite jusqu’à 11 H 00 pour le rendez-vous à la Sous-Préfecture de Thionville.
Devant la Spus-Préfecture, il a fallu attendre le Sous préfet environ une 1/2 heure avec quelques bousculades devant le portail.
Renaudin 'patron' de Florange n’a jamais daigné se présenter devant les grilles, avait-il peur de se faire injurier voire pire ? Pourtant vu le nombre de militants, quelques dizaines et le nombre de flics tout autour, dedans et dehors et de son garde du corps, il ne risquait pas grand chose, tout au plus se faire insulter.
La rencontre a duré 1 h 30 pour se solder par un échec, la direction refusant toute modification du préambule du protocole Voici ce qu’a déclaré Edouard à la sortie : La direction n'a pas voulu entendre raison. Le texte qui nous a été présenté ne comprenait aucune avancée. Ils ne nous ont même pas garanti par écrit une poursuite de l'exploitation jusqu'au 31 mars 2013”
L’intersyndicale, (ce qu’il en restait à 14 H 00, CGT et CFDT), décide de lever les barrages pour l’après-midi et le week-end.
(merci à Jacky Bernard pour avoir suppléé un grand moment de fatigue...)
Dimanche : Un concert de soutien à eu lieu devant les grands bureaux. 1500 personnes, dont une majorité de jeunes étaient présents dans une ambiance des grands jours...
Lundi 12 mars : C'est reparti ! C'est reparti dans les meilleurs conditions avec la visite attendue de Guy Bedos. Il est arrivé au local syndical vers 12 h 45, dans une cohue indescriptible de caméras et de photographes... Simple, ému et émouvant, il a su dire des paroles justes. Il est resté avec nous plus d'une heure et demi. C'est vraiment un grand bonhomme ! On a également pu noter la présence du journaliste écrivain  Denis Robert venu saluer son ami Guy Bedos et aussi nous apporter son soutien.
A 17 heures, AG à La Passerelle... Avec l'intersyndicale (la CFE-CGC était absente...) les salariés présents ont décidé de poursuivre la lutte. Des nouvelle méthodes et de nouveaux objectifs seront définis dans les jours qui viennent.
Dès demain matin à 6 h 30 pour ceux qui seront réveillés, rendez-vous devant les locaux syndicaux (vous pouvez arriver plus tard !) pour un objectif du jour. Jeudi, 'excursion' à Paris en bus, sur la journée (l'objectif doit rester secret...) vous pourrez vous inscrire demain.
Demain soir, à la salle du Gueulard, à Nilvange, à l'occasion de l'inauguration de 'Scènes au bar', l'intersyndicale a été invitée à s'exprimer. 

Mardi 13 mars 2012
Une police privée pour défendre les patrons...
Rendez-vous était pris à 6 h 30 devant les locaux syndicaux pour découvrir l'objectif de la journée. Dans le brouillard glacé du petit matin, direction les grilles des grands bureaux pour une nouvelle journée de blocage. Surprise, la direction n'a pas eu le temps de rentrer dans ses locaux.
En quelques minutes les grilles sont cadenassées et la porte pour les piétons obstruée par un rouleau de paille. Un feu (de bois, pas de pneus !!!) est rapidement allumé. Nous nous installons pour une nouvelle journée café-saucisses-merguez.
Les bureaux sont gardés, depuis une semaine, par une société privée de gardiennage. Des vigiles musclés patrouillent... Pour les patrons, les gardes de l'usine ne sont plus fiables. Pensez, ils ont de bonnes relations avec les militants et peut-être même que certains d'entre eux sont syndiqués. Décidément, on ne peut plus faire confiance au petit personnel !
Dans la matinée, les militants ouvrent les grilles et tentent d'entrer avec les journalistes. La consigne des vigiles est claire, s'opposer à l'entrée des journalistes avec caméras et appareils photos. Après une petite bousculade où un militant est légèrement blessé, la direction accepte d'envoyer sur place le responsable de la filière froide. Courageusement il vient répondre aux questions des salariés mais n'apporte aucune information nouvelle si ce n'est, mais il ne le dit pas franchement, que nous avons toutes les raisons d'être inquiets ! Le blocage sera finalement levé vers 15 h.
En soirée, a eu lieu, à Nilvange, dans la salle de spectacle de Gueulard, l'inauguration du festival 'Scènes au bar' qui se déroule dans toute la vallée de la Fensch, jusqu'à Thionville. Les organisateurs avaient invité une militante de l'hôpital d'Hayange et un représentant de l'intersyndicale de Florange à s'exprimer. Pour Florange, c'est Edouard Martin qui a pris la parole. Les deux militants ont été longuement applaudis par un public largement acquis à leur cause.
Les jours prochains : Demain les syndicats ont décidé d'aller s'adresser directement aux salariés dans l'usine pour tenter de leur faire prendre conscience de la gravité de la situation. Sauf évènement de dernière minute, il n'y aura donc pas d'action à l'extérieur de l'usine.
Jeudi, une 'visite' est prévue à Paris pour rendre visite à Sarko dans son bureau de campagne, rue de la Convention. Puisqu'il ne vient pas à Florange, les sidérurgistes vont à lui... Plusieurs bus sont prévus.
Rappel : hier matin a eu lieu une réunion extraordinaire du comité d'établissement. Cette réunion n'a pas levé les inquiétudes des salariés. La direction nous a 'informé' que le contexte économique mondial est difficile. Les prévisions de croissance pour 2012 sont quasiment nulles et pénalisent la demande d’acier en Europe avec un impact fort sur 1er semestre 2012. Compte tenu de la situation du marché et des perspectives de faible charge sur le 1er semestre 2012, la direction projette :
– de maintenir à l’arrêt la phase liquide de Florange au 2ème trimestre 2012,
– de maintenir à l’arrêt au 2ème trimestre 2012 de la ligne d’étamage 2, d’Ebange et des outils de préparation associés dans une logique de concentration des productions sur la ligne d’Etamage 3 de Florange.
Le calendrier des arrêts d'installations et des journées de chômage a été annoncé. C'est ce que nos patrons appellent pudiquement 'Mesures d’adaptation à la charge pour le 2ème trimestre 2012'...

Florange - Un conflit au long cours ?
Florange - 1ère réunion entre la direct° et l'intersyndicale ...
Florange : François Chérèque à la rencontre des salariés le 7 mars