Florange - Mittal s'attaque à la sidérurgie européenne ...

Publié le 22/03/2012 à 00H00
Chronique d'un conflit avec quelques photos, par Jean-Paul Steunou + Articles dans la presse quotidienne régionale
Florange - Mittal s'attaque à la sidérurgie européenne ...
Florange - Mittal s'attaque à la sidérurgie européenne ...
Chronique d'un conflit avec quelques photos, par Jean-Paul Steunou + Articles dans la presse quotidienne régionale

 

Jeudi 15 mars 2012
Qui sont les casseurs ? Qui sont les voyous ?
Quel était l'objectif de ce jeudi ? Depuis le début de la lutte de Florange, tous les politiques, candidats ou pas sont invités à venir débattre à Florange, avec les militants de l'intersyndicale. Certains sont venus, d'autres ont promis de venir et enfin, nous n'avons aucune nouvelle, quelque un(e)s font les sourd(e)s. Jusqu'à hier, le président-candidat fait partie de cette dernière catégorie.
Quand il a installé son siège de campagne rue de la Convention à Paris, il a déclaré que son bureau était ouvert à tous les français. Les salariés de Florange ont donc décidé de lui rendre une petite visite pour faire le point (pas le poing !) sur la situation de leur entreprise.
Cette visite était programmée depuis plusieurs jours, bien avant l'invitation pour lundi à l'Elysée. Les sidérurgistes ne sont pas des casseurs, ils avaient prévu d'organiser un pique-nique rue de la Convention pendant qu'une délégation rencontrerait le candidat. Tout cela devait (et se serait) passé dans une ambiance bon enfant. La police locale était au courant de nos intentions pacifiques. Le préfet de Moselle aussi. Même le préfet de police de Paris avait été prévenu par les responsables syndicaux... C'est dans cet état d'esprit que 4 bus de sidérurgistes sont partis hier matin de Florange pour Paris.
Que s'est-il passé ? : L'arrivée était prévue pour 11 h 30. A cette heure, Sarko était encore présent ainsi que quelques personnes de son staff de campagne. La police qui nous a pris en charge après  le dernier péage, au lieu de nous conduire rapidement au lieu de rendez-vous, comme elle sait si bien le faire pour les ministres, nous a ralenti sur l'autoroute et sur le périf. Et nous sommes arrivés 1/2 heure en retard. Sarko était parti et les autres avaient détalé comme des lapins avant notre arrivée. Ce sont les nombreux journalistes présents qui en ont témoigné.
L'accueil : A l'arrivé des bus, une nuée de journalistes et des forces de police qui mettent en place le barrage de la rue de la Convention. Tout se passe bien, pas de bousculade, pas d'énervement ! Le face à face avec les forces de l'ordre est rapide mais calme. Ils nous refusent l'accès au siège de campagne, quelques mètres plus loin. Les sidérurgistes poussent un peu, les flics aussi, sans aucune violence, les nombreux journalistes présents peuvent en témoigner. Juste un peu de bruit et des fumigènes...
Le gazage : Alors que la discussion s'engage entre les responsables syndicaux et ceux de la police, les gaz lacrymogènes sont utilisés et c'est rapidement la panique... et l'étonnement ! Pourquoi en arriver là alors qu'il n'y avait aucune agression ? Pourquoi ? La réponse nous est venue plus tard quand nous avons pris connaissance des déclarations du candidat-président. Pour lui, les 200 sidérurgistes présents étaient des casseurs, des voyous, qui étaient venus faire de la petite politique (sujet qu'il connait très bien !). Les vrais sidérurgistes sont ceux qui travaillent, c'est eux qu'il veut recevoir, c'est à eux qu'il dit 'Faites moi confiance !'. On dirait ce discours écrit par Mittal lui même...
La dernière fois que j'avais 'expérimenté les gaz lacrymogènes, c'était en 1984 lors de la venue de Fabius à Nancy et à Caen en 1997 pour la dernière manif avant la fermeture de la SMN (société métallurgique de Normandie). Je peux témoigner que, quelque soit leur origine, qu'ils soient lorrains, parisiens, normands, de gauche ou de droite les gaz lacrymogènes font le même effet !
La tour Eiffel : Le deuxième objectif était la tour Eiffel, fabriquée avec de l'acier lorrain de Pompey. Nous avions obtenu l'autorisation de la direction du monument d'y accrocher une banderole. Y aurait-il eu une intervention au plus haut niveau, mais au dernier moment, cette même direction à refusé,  au motif que la tour est un monument historique... La vielle dame était, elle aussi, protégée par d'importantes forces de l'ordre !
Le retour : Comme à l'arrivée, nous avons bénéficié d'une 'protection' policière sensée nous conduire rapidement hors des murs de Paris, tellement nous étions dangereux. Au premier péage, nous avons fait un petit cadeau d'adieu provisoire aux franciliens. Les barrières ont été levées et, pendant un bon quart d'heure, ils sont passés gratuitement. La patrouille nous a surveillés jusqu'au dernier péage avant Metz.
La suite : Aujourd'hui, repos pour tous. Lundi, l'intersyndicale se réunira mais ne répondra pas à l'invitation de Sarko. Mardi, le FC Metz joue un match de ligue 2 avec un maillot où il sera écrit : 'Vive l'acier lorrain'. A cette occasion 1000 places gratuites sont offertes aux sidérurgistes de Florange. Le 22, la CGT organise sa journée de solidarité nationale avec Florange. Pour la suite, reportez-vous au chroniques et à la presse locale... D'autres actions sont à l'étude. Un rapprochement ponctuel avec les salariés de l'hôpital d'Hayange n'est pas impossible.
Si les attaques de Sarko contre la CGT avaient pour but de briser l'intersyndicale, c'est raté ! Les liens entre militants des deux organisations s'en sont trouvés renforcés.

Vendredi 15 mars 2012
Quelques précisions et quelques infos supplémentaires...
Précisions sur le programme de la semaine :
L'offre de 1000 places gratuites pour un match du FC Metz portant un maillot 'Vive l'acier lorrain' tient toujours. Cependant, contrairement a ce qui a été annoncé hier, il n'y a pas de match mardi à Metz. Le prochain à domicile aura lieu lors de la 30e journée de L2, le 30 mars. C'est donc pour cette rencontre que les billets seront disponibles à l'intersyndicale.
La CFDT de Florange a décidé de s'associer à la journée de solidarité nationale de la sidérurgie, organisée par la CGT, le jeudi 22 mars à Florange. Si vous avez un moment dans la journée, venez y faire un tour, ce sera une bonne réponse aux provocations de Sarko.
La liste des soutiens s'allonge, voir en pièce jointe.
Solidarité entre les sidérurgistes de Florange et les salariés d'AlfaSanté : Hier à 17 h, les syndicats de l'hôpital d'Hayange organisaient un rassemblement à l'hôpital Le Kem de Thionville. Une assemblée générale de l'association y avait lieu pour voter sur son avenir. Le groupe parisien SOS a été retenu à une large majorité. C'est donc désormais le seul interlocuteur du conseil d'administration. Reste aux administrateurs, tous élus politiques du secteur à se mettre d'accord, ce qui n'est pas gagné ! Hier, une petite délégation de sidérurgistes, CFDT et CGT était venue apporté son soutien aux salariés d'Alfa Santé. Cette visite a été appréciée. Tout le monde souhaite que des actions communes soient organisées car c'est l'avenir de toute la vallée de Fensch qui est en jeu, sans oublier le bassin de Longwy. On avait malheureusement l'impression que certains élus étaient déjà en campagne électorale pour les législatives ! Il ne faudrait pas que les salariés soient une fois de plus les dindons de la farce...

Lundi 19 mars 2012
Le programme provisoire des prochains jours...
Ce matin, l'intersyndicale CFDT, CGT et FO s'est réunie pour organiser la semaine qui vient. Un communiqué a été diffusé ('A télécharger').
La CFDT et FO ont décidé, comme ils l'avaient dit, de participer, jeudi 22 mars, à la manifestation organisée par la CGT.
Il a été également décidé de boycotter toutes les réunions de la semaine en y faisant une déclaration unique des trois syndicats.
Le candidat Bayrou souhaite rencontrer les syndicats de Florange le 21.
Le 24, le chanteur Cali, qui nous soutient, sera à la Passerelle de Florange. Avant son concert, et avec son accord, l'intersyndicale interviendra.
Une réflexion est en cours pour organiser d’une marche vers Paris, avec soutien sur les étapes et point de repos.
Prochaine réunion intersyndicale lundi 26 mars. De nouvelles pistes d’actions sont envisagées.
Dans le cadre de l'intersyndicale, chaque organisation est libre d'organiser des actions spécifiques ponctuelles. Pour vous informer la solution la plus efficace est de passer, de temps en temps par le local syndical de Florange... Bon, d'accord, ce ne sera pas facile pour les bretons, les normands, les chtis, ceux du sud etc.
Faites un petit tour sur le site : ensemblepourgandrange.
Dernière minute : 
soutien de Denis PODALYDES

Mercredi 21 mars 2012
Mittal s'attaque à la sidérurgie européenne...
Mittal Luxembourg : Schifflange et Rodange, deux sites condamnés : Hier, Mittal a annoncé la prolongation pour une «durée indéterminée» de la fermeture de l'aciérie. Le site de Rodange continuera de tourner au ralenti, «pour une durée indéterminée». Les syndicats luxembourgeois craignent un arrêt définitif des deux sites.
L'argumentation et le procédé sont les mêmes qu'à Florange ! Ces mesures sont justifiées par un faiblesse des marchés. Pour Mittal, la situation de l'aciérie de Schifflange devra être revue dans six mois... pour déterminer le coût d'une éventuelle reprise de la production.
Les usines de Rodange et de Schifflange emploient environ 500 personnes, dont 150 qui y avaient été reclassés après la fermeture de Gandrange.
Pas plus qu'à Florange, la direction ne s'engage sur le maintien de l'aciérie en état de marche pour pouvoir la un jour. Selon un responsable du groupe les deux usines peuvent rester fermées sans subir de dégradations techniques lors de leur redémarrage, 'entre deux et trois ans' !
Pour le syndicat luxembourgeois LCGB, il s'agit d'une «fermeture pure et simple de deux des quatre grandes usines sidérurgiques luxembourgeoises et de la perte directe de plusieurs centaines d'emplois». Le LCGB a dénoncé «la politique des dirigeants d'ArcelorMittal qui, à la recherche d'un rendement financier simpliste, pratiquent une politique de vampirisme financier au détriment des salariés». (L'Essentiel du 21 mars)
De toute façon, redémarrage ou pas Mittal a annoncé qu'il allait supprimer, d'ici à la fin de l'année, 545 des 889 postes que comptent les sites de Rodange et Schifflange.
Malgré les difficultés des sites luxembourgeois et lorrains, le rapport annuel publié par ArcelorMittal laisse à penser que ses dirigeants ne connaîtront pas de difficultés financières.
Le document indique que les plus haut dirigeants du groupe toucheront au total 17,2 millions de dollars en 2011. Soit 10 millions de dollars de plus que l'an dernier. Des rémunérations qui, selon le rapport, ont été versées uniquement en cash, alors que celles de 2010 comprenaient également des titres du groupe.
À lui seul, le grand patron Laskhmi Mittal a touché un peu plus de 2 millions de dollars, au titre de ses «rémunérations variables liées aux performances à court terme». Le bonus personnel du président du conseil d'administration bondit ainsi de presque 200%. Sa rémunération de base augmente aussi, de 1,651 million de dollars en 2010 à 1,739 million en 2011. Les salaires de base, dans leur ensemble, ont pour leur part été légèrement revus à la baisse, s'établissant à 16,2 millions de dollars en 2011 (17,8 millions en 2010). (L'Essentiel du 21 mars)
Une réunion tripartite 'acier' entre l'Etat, les patrons et les syndicat, aura lieu le 28 mars.
Quelques rappels : 
Demain, manifestation et rassemblement, à Florange, de délégations de toute la sidérurgie française, à l'initiative de la CGT. La CFDT et FO ont décidé de s'associer à cette action.
Dimanche, concert de Cali à la Passerelle avec prise de parole de l'intersyndicale.
Lundi, nouvelle réunion de l'intersyndicale.
Mardi, 1000 billets gratuits pour le match de foot Metz-Le Mans. Les sidérurgistes seront présents avec leurs banderoles et Metz jouera avec un maillot spécial : 'vive l'acier lorrain'
Une marche sur Paris (à pied !!!) est en préparation, je vous en parlerai les jours prochains.

Florange - Un conflit au long cours ?
Florange - 1ère réunion entre la direct° et l'intersyndicale ...
Florange : François Chérèque à la rencontre des salariés le 7 mars
Florange - C'est reparti !