Journée d'action : la crise n'est pas une fatalité, il existe d'autres solutions

Publié le 04/10/2011 à 00H00 (mis à jour le 18/10/2011 à 08H27)
Le 11 octobre 2011, la CFDT appelle tous les salariés à agir avec elle pour se faire entendre des décideurs : gouvernement, parlement, employeurs. Tracts - Initiatives - Photos - Vidéos - Articles de presse

Journée d'action : la crise n'est pas une fatalité, il existe d'autres solutions
Journée d'action : la crise n'est pas une fatalité, il existe d'autres solutions
Le 11 octobre 2011, la CFDT appelle tous les salariés à agir avec elle pour se faire entendre des décideurs : gouvernement, parlement, employeurs. Tracts - Initiatives - Photos - Vidéos - Articles de presse






Meurthe et Moselle
: distribution de tracts dans les entreprises et administrations le 11/10 et/ou dans la semaine

Meuse : rassemblement à 17h devant la Préfecture à Bar-le-Duc. Distribution de tracts dans les entreprises et administrations : 

Moselle : action Cfdt dans les gares le matin ; manifestation intersyndicale à Florange 11h aux Grands Bureaux ; entre midi et deux heures stands Cgt et Cfdt, restauration rapide, animation musicale. Distibution de tracts dans les entreprises et administrations.

Vosges : 11h30 pique-nique citoyen à Epinal - Rassemblement devant la Préfecture à 13h45, entrevue chez le Préfet - Distribution de tracts dans les entreprises et administrations.

Diaporama de Photos (Gérard BERTRAND)



Autres photos sur le site Cfdt France télécom

Vidéo 1 (Claude THIRION)


 
Vidéo 2 - Discours de fin de manifestation (Claude THIRION)
 


 

Communiqué de l'intersyndicale du 1/9/2011

Le gouvernement a annoncé le 24 août des mesures censées réduire « le déficit de la France ». Les organisations syndicales CGT, CFDT, Unsa, FSU, Solidaires en dénoncent le caractère injuste et inéquitable. La facture est principalement supportée par les salariés et les consommateurs. Le gouvernement ne remet pas en cause les niches fiscales dont on sait qu’elles n’ont aucune efficacité économique et sociale. La contribution des plus hauts revenus reste symbolique et n’est pas de nature à réduire les inégalités.

Pour relancer la croissance, en respectant les impératifs de développement durable, réduire les inégalités et maîtriser les déficits, une politique visant une autre répartition des richesses et favorisant le développement économique et social  est incontournable.
Cela suppose des réformes structurelles importantes comme une réforme globale de la fiscalité intégrant une plus grande progressivité, une politique industrielle coordonnée au niveau européen, des services publics de qualité.
Cela appelle aussi des mesures urgentes :
·         Abandonner la taxation des complémentaires santé ; supprimer les exonérations et la défiscalisation des heures supplémentaires ; conditionner toute aide publique à son efficacité sociale et économique, aux politiques sociales dans les entreprises.
·         Mettre en œuvre la taxe sur les transactions financières.
·         Faire de l’emploi, en particulier celui des jeunes, une priorité. Stopper les suppressions d’emplois dans la Fonction publique.
·         Soutenir le pouvoir d’achat notamment des plus bas revenus et réouvrir les négociations salariales dans les entreprises et la Fonction publique pour réduire les inégalités notamment entre les femmes et les hommes.
Les organisations syndicales estiment indispensable l’intervention des salariés pour peser sur le gouvernement, le patronat, les débats parlementaires en cours et à venir.

Elles décident d’une journée nationale d’action interprofessionnelle le mardi 11 octobre 2011.


Cinq syndicats sur le pavé contre le plan de rigueur
Mobilisation contre la crise
Un défilé rouge CGT
Lassitude dans les rangs
Commercy : cinquante manifestants
« Tous ensemble, tous ensemble » à Florange
Faible mobilisation à Epinal pour la défense de l'emploi