ECONOMIE CARLING - Les cokiers demandent un moratoire

Publié le 06/09/2009 à 20H43
La troisième réunion du comité de pilotage sur la cokerie de Carling présidé hier matin par le préfet Bernard Niquet, n'a guère fait avancer le dossier.
ECONOMIE CARLING - Les cokiers demandent un moratoire
ECONOMIE CARLING - Les cokiers demandent un moratoire
La troisième réunion du comité de pilotage sur la cokerie de Carling présidé hier matin par le préfet Bernard Niquet, n'a guère fait avancer le dossier.

Syndicats et direction ont campé sur leurs positions. Les premiers réclament «La fin de ce jeu de dupes dans lequel on nous cache tout ». Ils espèrent «Un moratoire sur les délais imposés par la direction», précise un porte-parole de l’intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC-FO-CFTC. La direction, quant à elle, maintient son calendrier avec une fermeture programmée pour le 15 octobre. Entre les deux, existe encore l’espoir d’une reprise du site.
«Nous sommes encore en contact avec un Anglais et un Allemand », confirme Michel Escoin, le PDG de Cokes de Carling. Et le préfet Bernard Niquet tient justement à ce que tout soit entrepris pour sauver l’outil et trouver ce repreneur. «Il y a encore des pistes. Je souhaite qu’on aille au bout du bout. L’Etat et les collectivités veulent être associés à ces discussions », a répété le préfet. «Les délais ne seraient pas prolongés si une piste sérieuse est trouvée, pour permettre de faire un complément d’études éventuel
Une position très appréciée par les syndicats: «car elle va le bon sens.» Néanmoins, n’excluant pas l’échec d’un repreneur, il envisage l’hypothèse d’un «Plan de sauvegarde de l’emploi sur lequel l’Etat se montrera particulièrement vigilant et veillera à ce que l’intérêt des salariés soit respecté
De fait, Michel Escoin rappelle sa volonté : «d’aller vers un plan de sauvegarde exemplaire et digne.» Enfin, de son côté, André Wojciechowski, le député-maire de Saint-Avold, veut encore espérer dans un repreneur car «La conjoncture amorce une reprise dans l’acier.» Il confirme avoir alerté Glaude Guéant à l’Elysée. En cas d’arrêt de la cokerie, il souhaite : «un véritable plan de revitalisation du site.» Une nouvelle réunion du comité de pilotage est programmée vendredi prochain.

B. K.
Publié le 05/09/2009 (France et Monde)