Grève : peu d'impact local

Publié le 24/03/2010 à 00H00
L'appel à la grève lancé par CGT, CFDT, FSU, Solidaires et Unsa a été suivi à Thionville et dans ses environs.
Grève : peu d'impact local
Grève : peu d'impact local
L'appel à la grève lancé par CGT, CFDT, FSU, Solidaires et Unsa a été suivi à Thionville et dans ses environs.

© Le Républicain Lorrain, Mercredi le 24 Mars 2010 / THI /

 

Une journée d'action interprofessionnelle pour la défense des retraites qui a noirci les rues messines de quelque 2 000 manifestants (selon la police...), mais qui n'a pas perturbé considérablement la ville nord-mosellane.

L'Education nationale a répondu au mouvement (20 % de grévistes dans le primaire, 10 % dans le secondaire), de même que les transports (30 % de grévistes, et ce sont surtout les transports scolaires qui ont été touchés), EdF (15-20 %), la Poste (15 %, mais les bureaux sont restés ouverts).

A la CPAM, l'accueil s'est fait normalement.

Le plus visible restait peut-être ce regroupement d'une centaine de lycéens devant le théâtre municipal à l'appel du NPA. Mais pas de cortège. Et au bout d'une demi-heure, les ados se sont égaillés. Autre déplacement visible : à Arcelor, des bus avaient été affrétés pour rejoindre la capitale mosellane.