Le Bassin houiller en force à Paris

Publié le 18/03/2010 à 00H00
Entre 1 500 et 2 000 mineurs ont manifesté hier à Paris contre la remise en cause de la gratuité des soins dont ils bénéficient grâce à leur régime de retraite spécifique. Dans les rangs, le Bassin houiller était à l'honneur.

Le Républicain Lorrain, Jeudi le 18 Mars 2010 / FOR et STA

Les élus du Bassin houiller et de la Moselle ont également défilé à Paris pour soutenir les mineurs à la retraite.

De 1 500 à 2 000 anciens mineurs (selon la police et les organisateurs), principalement venus de l'Est et du Nord de la France, ont manifesté hier à Paris. Ils ont protesté contre la remise en cause de la gratuité des soins dont ils bénéficient grâce à leur régime spécifique de retraite.

En effet, depuis le 31 décembre dernier, un décret modifié par le gouvernement supprime le remboursement des déplacements vers les spécialistes et la prise en charge du transport et de l'hébergement pour les cures des mineurs. Sont également visées les dépenses en médicaments en dehors des 63 pharmacies minières pour lesquelles les affiliés du régime ne bénéficieront plus systématiquement de la gratuité.

Une décision que les « gueules noires » ont du mal à avaler. D'autant plus que sur les 200 000 mineurs affiliés que compte la France, plus de la moitié souffrirait de maladies professionnelles, cancers de l'amiante et de la silicose en tête.

« Notre métier a beaucoup souffert pour relever la France, notamment lors de l'après-guerre. C'est suite à nos conditions de travail particulières que nous avons un régime particulier. On est une population vieillissante, on a besoin de se soigner », estime Luc Meichelbeck, secrétaire général de la section régionale des mineurs CFDT. « Les anciens mineurs habitent souvent dans des endroits à l'écart des hôpitaux et autres centres de soins.

On craint que beaucoup renoncent à se soigner parce qu'ils n'ont plus la possibilité de se déplacer. »

600 mineurs du Bassin houiller

Après s'être rassemblés devant la caisse nationale des mines, à l'appel d'une intersyndicale de mineurs (CGT-CFDT-CFTC-FO-CFE/CGC), les manifestants se sont dirigés vers le ministère de la Santé où une délégation a été reçue par le directeur du cabinet de Roselyne Bachelot. Dans les rangs, les 600 mineurs venus du Bassin houiller pour l'occasion, brandissaient affiches et banderoles aux slogans provocants : ' Régime minier et promesses bafouées' et 'Touche pas au régime minier'.

Les manifestants ont également profité de l'occasion pour demander une revalorisation des retraites minières,

Au sortir de l'entretien, la déception était palpable dans les voix. « On n'a pas eu les garanties que l'on souhaitait. Mais nous, les mineurs, on sait très bien que les choses ne se règlent pas en une manifestation. Malgré tout, on est satisfait. 2 000 manifestants alors que ce sont des personnes malades et d'un âge avancé, c'est pas mal ! » estime Luc Meichelbeck.

Du côté de la CGT, on demande aussi aux mineurs de rester mobiliés. « Les réponses reçues au ministère de la santé ne sont pas satisfaisantes. On nous propose de mettre en place une commission pour réfléchir sur le décret qui porte sur la suppression de la gratuité de nos soins. Mais le gouvernement cherche surtout à gagner du temps en espérant que le mouvement s'essouffle, explique Francis Gawin, secrétaire général adjoint de la section CGT des mineurs du Bassin houiller. L'intersyndicale ne se satifisfait pas des propositions. Après Paris, les manifestations vont se poursuivre dans les régions. »

M.C.