LogiEst annule les licenciements de ses cadres ( RL - Région / Sa. 9 Septembre 2017 )

Publié le 11/09/2017 à 09H36
Revirement total pour la direction de LogiEst : contre toute attente, elle a annulé jeudi le licenciement de deux cadres, dont un délégué syndical.

0-RL-354x210

 

Difficile de suivre la direction de LogiEst ! Le bailleur social messin (15 300 logements, 270 collaborateurs en Lorraine et en Alsace) a fait machine arrière jeudi sur les licenciements en cours de deux cadres (RL du 6 septembre), dont leur délégué syndical CFE-CGC. A l'issue d'un comité d'entreprise, obligatoire lorsqu'un salarié protégé est en cause, la direction a purement et simplement annulé les sanctions disciplinaires en cours !

Le représentant du syndicat des cadres, qui est aussi chef d'agence à Metz, avait été convoqué la veille, mercredi, à un entretien préalable à son licenciement. Motif : des irrégularités commises lors de la rénovation du logement dans lequel emménageait son responsable technique, également licencié. Les travaux, d'un montant de 19 000 EUR, n'auraient pas respecté le cahier des charges habituel lors de la remise en état d'un logement à LogiEst.

De travaux en imprimantes...
 

L'adjointe du chef d'agence, qui avait validé les travaux, avait choisi de démissionner avant d'être, elle aussi, mise à la porte. Selon les syndicats, ces licenciements relevaient juste de la « chasse aux sorcières » sur fond de règlement de comptes entre le directeur des ressources humaines et le délégué syndical CFE-CGC. Le DRH l'avait désigné comme l'auteur de déclarations le mettant en cause dans la récente enquête de l'Agence nationale de contrôle du logement social (Ancols).

Dans son rapport, l'organisme de surveillance des entreprises sociales de l'habitat reproche au responsable des ressources humaines d'avoir reconduit le marché des imprimantes du siège et des agences de LogiEst sans mise en concurrence (pourtant obligatoire au-dessus de 25 000 EUR). Jeudi, en milieu d'après-midi, Jean-Pierre Raynaud, le directeur général de LogiEst, qui a refusé nos demandes d'interview, a finalement annoncé au comité d'entreprise que toutes les mesures disciplinaires étaient « abandonnées ». Une décision accueillie avec soulagement par les autres syndicats maison (CFTC, CFDT, CGT), qui avaient tous apporté leur soutien à leur collègue CFE-CGC.

LogiEst n'en a pas terminé avec les difficultés : un conseil d'administration se penchera le 14 septembre sur le rapport de l'Ancols, qui taille en pièces pilotage et gouvernance de LogiEst, notamment en matière de commandes publiques.