MANIFESTATION D'AMPLEUR CHEZ CONTI

Publié le 30/01/2009 à 10H31
400. Ils ont été plus de 400 salariés de Continental, à Sarreguemines, à marquer un grand coup hier après-midi. Ils ne sont pas montés dans des bus, direction Metz. Ils n'ont pas défilé dans les rues, banderoles en tête. Ils se sont réunis, dans la convivialité, sur le parking, avec saucisses et vin chaud. «A mort les actionnaires, vive la révolution », ose l'un, perruque noire sur la tête. Les autres sont plus sages. Ils suivent les revendications nationales. Ils ont aussi d'autres motifs, plus locaux, de cesser le travail.
MANIFESTATION D'AMPLEUR CHEZ CONTI
MANIFESTATION D'AMPLEUR CHEZ CONTI
400. Ils ont été plus de 400 salariés de Continental, à Sarreguemines, à marquer un grand coup hier après-midi. Ils ne sont pas montés dans des bus, direction Metz. Ils n'ont pas défilé dans les rues, banderoles en tête. Ils se sont réunis, dans la convivialité, sur le parking, avec saucisses et vin chaud. «A mort les actionnaires, vive la révolution », ose l'un, perruque noire sur la tête. Les autres sont plus sages. Ils suivent les revendications nationales. Ils ont aussi d'autres motifs, plus locaux, de cesser le travail.

«Nous réclamons des augmentations salariales, nous sommes contre la remise en cause du temps de pause et la mise en place du 4 X 8, qui engendrerait 240 licenciements. » Un système de travail où tous les employés travailleraient huit heures pour se reposer ensuite une journée. A l’œuvre de jour comme de nuit, donc. «Ce serait un bond en arrière de 50 ans, qui mettrait en cause notre santé, notre vie familiale, notre vie associative. Nous exigeons le retrait de ce plan. »
Des secteurs entiers de l’usine (confection, vulcanisation) ont été à l’arrêt. CFDT, CFTC, CGT, CGC et FO : tous parlent d’une seule voix. Ils regrettent tout de même «
l’absence de salariés, qui ont préféré rester à la maison.» Face à une direction (qui n’était pas joignable hier soir) cherchant à faire des économies, par tous les moyens, les syndicats ne se tirent-ils pas une balle dans le pied ? «La direction nous parle d’une réorganisation, nous prenons le taureau par les cornes. » A bon entendeur…
Cette grève chez Continental a finalement été le seul mouvement d'ampleur dans la région de Sarreguemines hier.

Publié le 30/01/2009 - Sarreguemines