Faible mobilisation à Epinal pour la défense de l'emploi

Publié le 12/10/2011 à 00H00
A peine 350 personnes ont manifesté hier après-midi dans les rues d'Epinal contre la politique de désindustrialisation de notre département.
Faible mobilisation à Epinal pour la défense de l'emploi
Faible mobilisation à Epinal pour la défense de l'emploi
A peine 350 personnes ont manifesté hier après-midi dans les rues d'Epinal contre la politique de désindustrialisation de notre département.

© Vosges Matin, Mercredi le 12 Octobre 2011 / Fait du jour

Une cible toute trouvée pour les militants de la CGT.

Comme à chaque rassemblement devant la préfecture, les manifestants ont cédé au rituel du traditionnel barbecue.

Un taux de mobilisation bien en deçà des espérances des organisations syndicales. (Photos P.G)

«Défendons et construisons notre avenir. Développons l'emploi industriel ! ». La banderole de la CGT en tête du rassemblement interprofessionnel organisé hier à Epinal, était sans équivoque. Dans le cadre d'une journée de revendication nationale (lire par ailleurs), la centrale syndicale faisant cause commune avec la CFDT, la FSU, Solidaires et l'UNSA, visait selon le mot d'ordre des organisateurs, à une meilleure répartition des richesses. Au terme d'un barbecue bon enfant, 350 personnes se rassemblaient dès 14 heures place Foch.

Quelques minutes plus tard une délégation était reçue par le directeur de cabinet du préfet. A l'issue de cette entrevue les manifestants se livraient à un petit tour de ville en reprenant en choeur le slogan « Austérité pour les salariés, prospérité pour les financiers ! ». Formant le voeu que nos futurs gouvernants entendent la voix des salariés, Claude Caverzasio indiquait que la crise était loin d'être une fatalité. Pour le secrétaire général de la CFDT nos dirigeants doivent instamment prendre des décisions énergiques, efficaces et justes.

Chute de l'emploi manufacturier

« Il faut tout à la fois réduire les déficits, relancer la croissance par des investissements d'avenir et soutenir ceux qui s'appauvrissent, notamment les chômeurs, les jeunes et les salariés précaires ». Bref il y a urgence à stopper la spirale infernale de cette crise en préparant l'avenir. Eric Balaud (Solidaires) part quant à lui en guerre contre la politique de santé menée par les pouvoirs publics mettant à mal les mutuelles. Emploi, salaires, retraites... Selon Denis Schnabel, les motifs de mécontentement sont légion. S'appuyant sur des chiffres vosgiens, le porte-parole de la CGT dresse un état des lieux dans le département. « Le chômage des plus de 50 ans a explosé et représente aujourd'hui 20 % du nombre des demandeurs d'emploi. Ce chômage est lié à la désindustrialisation. L'emploi manufacturier est passé d'un taux de 55 % en 1980 à 27 % aujourd'hui. Après les fermetures de Grégoire, ECB et celles programmées d'Ouest Répartition et de la fromagerie de Xertigny, les Vosges se placent en première ligne des départements les plus touchés ». Un classement peu honorable remettant en cause selon les syndicats la notion de cohésion sociale.

D.B.