Sensibiliser l'opinion publique sur la condition des saisonniers

Publié le 29/08/2010 à 00H00
Trois villes thermales vosgiennes accueillent, la semaine prochaine, la campagne « Saisonniers 2010 » de la CFDT.
Sensibiliser l'opinion publique sur la condition des saisonniers
Sensibiliser l'opinion publique sur la condition des saisonniers
Trois villes thermales vosgiennes accueillent, la semaine prochaine, la campagne « Saisonniers 2010 » de la CFDT.


© Vosges Matin, Dimanche le 29 Aout 2010 / Vosges

 
Claude Caversazio (à gauche) accueillait à ses côtés Stéphane Vannson, de la CFDT Lorraine, pour présenter la campagne estivale « Saisonniers 2010 » de la CFDT. 

Débutée le 7 juillet à Lille, la campagne estivale « Saisonniers 2010 » de la CFDT prendra fin -- après avoir sillonné la France entière (quarante-deux étapes) -- ce vendredi 3 septembre à Bourbonne-les-Bains, au lendemain de ses haltes vosgiennes. Le bus et la centaine de militants accompagnateurs lorrains seront en effet à Vittel le 1er septembre puis transiteront par Contrexéville et Plombières-les-Bains le lendemain.

« Nous allons sillonner les rues en allant à la rencontre des travailleurs saisonniers, explique Stéphane Vannson, de la CFDT Lorraine, accueilli hier à Epinal par Claude Caversazio, secrétaire général de la délégation départementale de la Confédération, car il est important de les informer de leurs droits, leur statut étant très particulier. Mais nous irons également à la rencontre de la population pour sensibiliser l'opinion publique. Et, à cette occasion, il sera donné deux concerts gratuits, à Vittel et Contrexéville. »

Qu'ils travaillent à la récolte des fruits ou légumes, servent dans la restauration, assurent tout type d'animation ou qu'ils accueillent, renseignent ou encadrent les touristes, ils sont rarement permanents, souvent précaires, parfois même en grande difficulté. Les « saisonniers », tel qu'on les appelle plus communément, sont assujettis à des contrats de travail très spécifiques (Contrat à durée déterminée mais, paradoxalement, sans date précise de terme ; durée quotidienne maximale de 10 heures de travail effectif avec une amplitude de 13 heures ; etc.). De fait, les litiges portent fréquemment sur l'absence totale ou partielle d'un contrat écrit, sur des désaccords relatifs aux heures effectuées ou supplémentaires ou encore sur le repos hebdomadaire.

« Ils n'échappent pas à la crise, poursuit Stéphane Vannson, et ce quel que soit leur secteur d'activité. D'autant plus que dans certains domaines, nous dénonçons des dispositifs tels le contrat engagement éducatif, institué par la loi sur le volontariat associatif, qui est injuste et inacceptable. »

S'il s'avère difficile de chiffrer avec précision le nombre de « saisonniers », une étude en cours de finalisation (estampillée INSEE et constituée à partir des Déclarations annuelles des données sociales) semble indiquer qu'ils seraient 4 200 dans les Vosges, soit 3,1 % de la masse active salariale, pour la plupart jeunes (59 % de 16 à 25 ans) et de sexe féminin (à deux-tiers). Un sujet d'autant plus préoccupant et important qu'il apparaît que les chômeurs en fin de droit postulent désormais à ces emplois saisonniers auxquels n'aspiraient guère jusqu'alors que les étudiants.

Le programme

Mercredi 1er septembre à Vittel : stationnement du bus, place du Général de Gaulle, de 9 h à 21 h Concert gratuit « Flying Orkestar » de 19 h 30 à 21 h.

Jeudi 2 septembre : stationnement du bus, place des Fontaines bleues, de 9 h 30 à 15 h Concert gratuit « Fanfare couche tard » de 12 h à 13 h Les militants se rendront à Plombières-les-Bains après 15 h.