Alcatel allonge la liste des plans sociaux

Publié le 19/10/2012 à 00H00
L'équipementier en télécommunications Alcatel-Lucent a annoncé hier la suppression de 1 430 postes en France, allongeant la longue liste en cours des mauvaises nouvelles économiques.
Alcatel allonge la liste des plans sociaux
Alcatel allonge la liste des plans sociaux
L'équipementier en télécommunications Alcatel-Lucent a annoncé hier la suppression de 1 430 postes en France, allongeant la longue liste en cours des mauvaises nouvelles économiques.

© Le Républicain Lorrain, Vendredi le 19 Octobre 2012 / IG /

 

 

Les salariés français sauront aujourd'hui quels sites sont touchés. Photo MAXPPP

La nouvelle a été qualifiée de « catastrophe humaine et industrielle » par les syndicats du groupe. L'équipementier télécoms Alcatel-Lucent, qui a subi de lourdes pertes cette année, va supprimer 5 490 postes dans le monde, dont 3 300 en Europe et 1 430 en France. La direction d'Alcatel-Lucent a précisé que son objectif était de diminuer avant tout les fonctions support et administration. La recherche et le développement (R & D) devraient être plutôt épargnés.

Le groupe emploie 76 000 salariés, dont 9 000 en France. L'intersyndicale CFDT, CGT et CFE-CGC d'Alcatel-Lucent s'étonne que la France « représente moins de 12 % des effectifs au total » alors que les licenciements y affectent plus de 27 % des salariés. « Cette situation est d'autant plus paradoxale que le marché des télécoms est aujourd'hui économiquement sain. Ainsi, les trois grands opérateurs français ont versé 5 milliards d'euros de dividendes à leurs actionnaires », ajoute-t-elle.

Dans une réaction commune, Arnaud Montebourg (Redressement productif), Michel Sapin (Travail), et Fleur Pellerin (Economie numérique) se sont dits « extrêmement vigilants à ce que le projet d'Alcatel-Lucent préserve les fonctions les plus stratégiques du groupe en France ». Des comités centraux d'entreprises sont prévus aujourd'hui dans les différentes sociétés d'Alcatel-Lucent en France pour informer les salariés et savoir quels sites et quelles filiales seront touchés. Depuis la difficile fusion en 2006 entre la société française Alcatel et l'américaine Lucent Technologies, le nouveau groupe a lancé plusieurs plans de restructuration occasionnant déjà des milliers de pertes d'emplois en Europe.

Hier, le titre Alcatel-Lucent a fini la séance en hausse de 7,88 % à 0,86 euro, soit la plus forte hausse du CAC 40.

La nouvelle restructuration du groupe vient allonger la longue liste des plans sociaux en France, dont voici un rappel non exhaustif.

o ArcelorMittal ferme les hauts fourneaux de Florange, touchant 629 des 2 500 salariés du site mosellan.

o PSA va supprimer 8 000 postes et fermer le site d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

o Le groupe pharmaceutique Sanofi va supprimer 914 postes d'ici à 2015.

o Chez SFR, un plan de 556 départs volontaires est attendu pour novembre.

o La liquidation de la raffinerie Petroplus, employant 470 personnes à Petit-Couronne (Seine-Maritime), a été prononcée mardi.

o La filiale française de l'électricien allemand Eon veut supprimer 215 postes d'ici à 2015 dans ses quatre centrales à charbon.

o Dexia va supprimer 312 postes sur 1 100. Le Crédit Agricole doit supprimer 850 postes en France, BNP Paribas 373. La Société Générale a déjà supprimé 880 postes.

o Carrefour annonce 533 départs volontaires.

o Le volailler Doux a laissé 1 000 salariés sur le carreau.

o Chez Air France, 5 122 suppressions de postes sont prévues d'ici à fin 2013, sans compter les filiales.

o Goodyear Amiens est en suspens (1 300 salariés).