Démonstration syndicale réussie

Publié le 02/05/2012 à 00H00
Forte mobilisation des syndicats et des partis de gauche
Démonstration syndicale réussie
Démonstration syndicale réussie
Forte mobilisation des syndicats et des partis de gauche

© L'Est Républicain, Mercredi le 02 Mai 2012 / France-Monde + Vosges Matin

 

Le reportageLa place Denfert-Rochereau était trop exiguë pour accueillir les dizaines de milliers de manifestants qui avaient répondu, hier, à l'appel du front syndical CGT-CFDT-UNSA-FSU-Solidaires. Avant même 15h, heure théorique du départ du cortège en direction de la Bastille, il fallait affronter une indescriptible cohue pour s'approcher du coeur de la manifestation, y compris dans les rues adjacentes, et jusqu'à Port-Royal où les partis de gauche avaient choisi de se rassembler. Le ton était donné par les tracts, les pancartes et les slogans. « Virez Sarkozy, Casse-toi, Pour virer Sarko on 6 mai tous... » Quant au Front de gauche, il appelait à battre le président sortant « pour engager la révolution citoyenne ». Difficile, dans ces conditions de croire à une neutralité syndicale en ce jour de fête des travailleurs.

Les leaders syndicaux ont vu comme une « provocation » la décision de Nicolas Sarkozy d'organiser son propre rassemblement sur le travail après avoir dénoncé depuis le début de la campagne les syndicats, « ces corps intermédiaires ». Le n° 1 de la CFDT, François Chérèque, en tête de cortège, répétait que « le 1er mai appartient aux travailleurs et à personne d'autre » mais se refusait à donner la moindre consigne de vote. Néanmoins, il confiait que « le discours de Nicolas Sarkozy sur le travail était devenu « insupportable ».

A ses côtés, le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, ne se faisait pas prier, en revanche, pour confirmer qu'il appelait à voter en faveur de François Hollande. « La CGT a appelé à battre le président de la République actuel. Je suis surpris que certains s'étonnent qu'un syndicat de salariés puisse avoir une opinion à propos de l'élection présidentielle », ironisait-il. Bernard Thibault promettait d'ailleurs « d'autres 1er mai pour la lutte des travailleurs, peu importe la couleur politique du gouvernement », alors que le cortège s'ébranlait, avec retard, tant l'affluence bloquait tout mouvement.

Tous convaincus de la victoire

A Port Royal, les partis de gauche n'étaient pas tant à l'écart, malgré leur volonté affichée de s'insérer en queue de cortège pour garantir l'indépendance syndicale. Plusieurs dirigeants du PS et du Front de gauche étaient visibles, dont Ségolène Royal, Martine Aubry et Jean-Luc Mélenchon. Difficile de résumer cette manifestation du 1er mai autrement que comme une démonstration de force du peuple de gauche contre Nicolas Sarkozy. Une démonstration de force réussie au vu de l'impressionnante foule massée entre Denfert Rochereau et Bastille. Sur fond d'affrontement politique droite-gauche-front national, chaque tendance ayant décidé de fêter à sa manière le 1er mai, le front syndicat CGT-CFDT-UNA-FSU-Solidaires et les partis de gauche ont indéniablement marqué des points en matière de mobilisation. Impossible, hier, de trouver dans le cortège un militant saisi par les affres du doute. Rendus optimistes par la chorégraphie bien huilée de la manifestation du premier mai, avec les traditionnelles chansons révolutionnaires, les drapeaux rouges et la fumée de merguez, tous étaient convaincus, hier, que la gauche ne pouvait plus manquer la victoire.

Ludovic BASSAND