Les retraités défendent aussi leur modèle social

Publié le 11/10/2012 à 00H00
Six syndicats de retraités entendent mobiliser aujourd'hui à travers la France pour le pouvoir d'achat, l'aide à l'autonomie et l'accès aux soins.
Les retraités défendent aussi leur modèle social
Les retraités défendent aussi leur modèle social
Six syndicats de retraités entendent mobiliser aujourd'hui à travers la France pour le pouvoir d'achat, l'aide à l'autonomie et l'accès aux soins.

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 11 Octobre 2012 / IG / + Est Républicain + Vosges Matin

 

 

Les retraités ne trinquent pas au nouveau prélèvement de 0,15 % instauré dans le budget de la Sécurité sociale pour 2013. Photo MAXPPP

Les fédérations syndicales de retraités appellent à une manifestation nationale à Paris et à des rassemblements aujourd'hui dans plusieurs autres villes de France. C'est peu dire que l'intersyndicale n'a pas apprécié le nouveau prélèvement de 0,15 % instauré dans le budget de la Sécurité sociale pour 2013, et qui sera porté à 0,3 % en 2014 pour financer la dépendance. « Nous avons rencontré la ministre des personnes âgées le lundi pour discuter notamment du financement des futures aides à l'autonomie », relève François Thiery-Cherrier, secrétaire de l'Union confédérale des retraités CGT. « Elle ne nous a rien dit de cette taxe qui a pourtant été annoncée dans la semaine qui a suivi ! »
« Nonau dénigrement »

Cette taxe est vécue par les syndicats non seulement comme une ponction sur le pouvoir d'achat des retraités, mais aussi comme une humiliation. « Assez de dénigrement ! », s'exclame Daniel Delabarre, de la CFE-CGC. « Les retraités ne sont pas des nantis, ni des assistés. Ils ont travaillé toute une vie pour gagner leurs droits à une pension. Leur appliquer, à eux seuls, une taxe de 0,3 %, c'est déroger au principe de solidarité et d'universalité de la Sécurité sociale. »

La CGT, la CFDT, la CGC, la CFTC, l'Unsa et la Fédération générale des retraités de la fonction publique appellent aujourd'hui à des rassemblements dans de nombreuses villes, avec une manifestation à Paris jusqu'à l'Assemblée nationale. La journée s'articule autour du pouvoir d'achat, de la prise en charge de la dépendance et de l'accès aux soins. « Ce sont trois revendications qui se tiennent », souligne François Thiery-Cherrier. Ce qu'Annick Merklen, de la Fédération des retraités de la Fonction publique, illustre par un chiffre : « Une carrière complète au Smic fait une retraite sous le seuil de pauvreté, qui est de 954 EUR en France. Est-ce acceptable ? »

« Le refletde la vie active »

La France compte aujourd'hui plus de quinze millions de retraités. Dans les années 2020, il y en aura 20 millions. « Ce sont des citoyens à part entière », insiste Jean-Marc Schaeffer, de l'Unsa. « Beaucoup aident leurs enfants ou petits-enfants, beaucoup sont engagés dans la vie associative. »

Pour les syndicats, c'est tout un modèle social qui est menacé. « La retraite n'est que le reflet de la vie active », remarque Annick Merklen.

La baisse des dotations de l'Etat aux collectivités territoriales est une autre source de craintes, car ce sont elles (Départements, communes) qui supportent les aides sociales et à l'autonomie.

Michèle Delaunay, la ministre des Personnes âgées, a assuré les syndicats de sa volonté de créer une cinquième branche de la Sécurité sociale pour la prise en charge de la dépendance.

C'est un - déjà - vieux serpent de mer qui a buté, sous le gouvernement Fillon, sur la question du financement. Elle n'est toujours pas résolue.

Patrick FLUCKIGER.