Peugeot : nouveaux jours chômés à Sochaux

Publié le 01/10/2012 à 00H00
Sochaux à marée basse. Lors d'un comité d'entreprise hier, la direction a annoncé que des jours supplémentaires seraient chômés en octobre.
Peugeot : nouveaux jours chômés à Sochaux
Peugeot : nouveaux jours chômés à Sochaux
Sochaux à marée basse. Lors d'un comité d'entreprise hier, la direction a annoncé que des jours supplémentaires seraient chômés en octobre.

© Vosges Matin, Samedi le 29 Septembre 2012 / Région Vosges

« Compte tenu de la situation des marchés, avec une baisse des ventes de 7,3 % en Europe depuis le début de l'année, nous devons continuer à nous adapter à la demande et maîtriser nos stocks au plus juste », explique la direction. Alors que des baisses de cadence ont déjà été mises en oeuvre, neuf jours au total seront chômés en octobre : les quatre vendredis, et les mercredis 24, jeudi 25, lundi 29, mardi 30 et mercredi 31. La direction envisage par ailleurs quatre suppressions de séances de travail en novembre. Elle a par ailleurs confirmé la suppression, effective dès lundi, d'une demi-équipe sur la chaîne 308, où 311 postes seront supprimés (329 selon les syndicats), se traduisant par le départ d'autant d'intérimaires. La cadence chutera de fait de 734 véhicules/jour à 550 en moyenne sur 308, portant la production totale du site à 1 489 voitures/jour.« Octobre noir »

Enfin, la direction aurait, selon la CGT et FO, officialisé la délocalisation de la production des amortisseurs chez des sous-traitants slovaques, allemands, polonais et espagnols, entraînant la suppression de 600 emplois à Sochaux.

Seul motif de satisfaction dans la sinistrose, la fermeture annoncée du site d'Aulnay aura pour effet que la T9, remplaçante de la 308 à l'horizon de l'automne 2013, sera entièrement produite à Sochaux, alors qu'elle devait être partagée avec le site de Mulhouse.

Pour l'heure, les syndicats relèvent tous le climat très sombre des prochaines semaines. Ce sera un « octobre noir » pour la CFDT, pour qui la « morosité n'est pas près de se dissiper ». La CGT de son côté dénonce « la parodie de consultation du CHSCT et du CE qui a précédé la réorganisation de la production de la 308. Elle prendra effet lundi en violation de toutes les règles légales. L'avenir des 329 familles d'intérimaires remerciés vaut mieux que cela ».

Pour la CGC, la direction aurait dû « lisser la baisse de cadence sur les deux équipes de production », plutôt que de n'en impacter qu'une seule. Le syndicat de l'encadrement déplore également l'effet négatif des suppressions de postes sur l'emploi du pays de Montbéliard. Pour la CFTC, ce sont « à nouveau les jeunes qui vont payer les pots cassés ».

S.L.