Plan social de PSA : le rapport Secafi décisif

Publié le 27/09/2012 à 00H00
Restructuration : les syndicats devant la commission des Affaires économiques
Plan social de PSA : le rapport Secafi décisif
Plan social de PSA : le rapport Secafi décisif
Restructuration : les syndicats devant la commission des Affaires économiques

© L'Est Républicain, Jeudi le 27 Septembre 2012 / France-Monde + Vosges Matin

 


 

Le constructeur a annoncé 8.000 suppressions de postes.

Photo d'archives A.M.

Les syndicats de PSA Peugeot Citröen, entendus hier à l'Assemblée, ont estimé que le rapport de l'expert du gouvernement n'était pas suffisant pour juger du bien-fondé du plan social, insistant sur la nécessité d'attendre celui qu'ils ont eux-mêmes demandé au cabinet Secafi.

Lors de cette audition devant la commission des Affaires économiques, plusieurs syndicalistes ont critiqué le rapport d'Emmanuel Sartorius, expert mandaté par le gouvernement pour analyser la situation du constructeur, après l'annonce de 8.000 suppressions de postes. Ce rapport, rendu public le 11 septembre, jugeait la restructuration de PSA inévitable, tout en critiquant durement direction et actionnaires pour leur stratégie et leur manque de dialogue.

M. Sartorius « n'est pas un expert. Ce n'est pas son job. Et qui plus est, il n'a pas eu les moyens de faire une expertise fine », a estimé Franck Don (CFTC). « Il s'est contenté des résultats mis sur la place publique par l'entreprise », a déploré le syndicaliste, estimant qu'on aurait pu « mettre le logo de PSA » sur ce rapport.

Même analyse pour Jean-Pierre Mercier (CGT), qui estime que « le rapport Sartorius reprend 99 % des arguments de Peugeot, donc c'est normal qu'il tombe sur les mêmes conclusions ». Selon lui, l'expert a étudié la situation du groupe en se concentrant sur sa filière automobile, sans regarder les autres divisions (équipement, logistique et financement), qui sont « ultra-majoritaires ».

Premières conclusions fin octobre

Plusieurs autres responsables syndicaux auditionnés (CGT, CFTC, FO, CFDT, SIA, CFE-CGC) ont insisté sur la nécessité d'attendre les conclusions du cabinet Secafi, mandaté à l'unanimité par le comité central d'entreprise en juillet. Le processus de restructuration de PSA est suspendu aux conclusions de ce cabinet, qui doit remettre son rapport final à la fin novembre et restituer à la fin octobre des premières conclusions sur la santé financière et la stratégie du groupe. « On attend d'eux qu'ils nous disent réellement si l'état financier du groupe PSA justifie les mesures qui sont apportées dans l'ampleur et dans les délais. C'est eux seuls qui pourront nous le dire », a souligné M. Don.

Le président de la commission a indiqué que les experts du cabinet Secafi seraient également entendus à l'Assemblée, sans préciser la date de cette audition.