Régime minier : promesses bafouées

Publié le 07/03/2010 à 00H00
« Engagement pris, promesses bafouées. » C'est le constat que font les Etam Mines CFE-CGC aujourd'hui quant aux positions « provocatrices et conflictuelles du gouvernement et aux attaques répétées pour remettre en cause des droits fondamentaux des mineurs. »
Régime minier : promesses bafouées
Régime minier : promesses bafouées
« Engagement pris, promesses bafouées. » C'est le constat que font les Etam Mines CFE-CGC aujourd'hui quant aux positions « provocatrices et conflictuelles du gouvernement et aux attaques répétées pour remettre en cause des droits fondamentaux des mineurs. »

© Le Républicain Lorrain, Dimanche le 07 Mars 2010 / FOR /

Les Etam Mines CFE-CGC savaient qu'avec la fin de l'extraction minière « s'inscrivait indéniablement à terme, la fin du régime minier ». Ils ont donc avec 3 autres fédérations de mineurs, négocié avec les Pouvoirs publics, un plan garantissant les spécificités de la corporation : gratuité et qualité des soins et pérennité d'emploi pour les personnels oeuvrant dans les structures du régime en étant les pièces maîtresses. Cette négociation « qui a reçu l'engagement signé de la Tutelle » a dessiné un avenir à la hauteur des droits et attentes des mineurs, des personnels des Carmi et de leurs familles.

La CFE-CGC des Etam Mines dénonce aujourd'hui « la volonté délibérée du gouvernement de renier ses engagements signés ». Elle dénonce « les agissements d'un gouvernement qui discours sur la reconnaissance historique de l'Etat due à la profession minière et qui la poignarde dans le dos. »
« N'est ce pas une provocation de promulguer un décret le 31 décembre 2009 supprimant, sans concertations, des droits inscrits dans un décret antérieurement négocié avec les organisations syndicales de mineurs ? », s'interroge le syndicat. Cette « félonie doit également interpeller l'ensemble des négociateurs syndicaux nationaux de toute branche quant aux capacités de nuire du pouvoir législatif en place. » Les Etam rappellent que les engagements pris au nom de l'Etat doivent, « soit être respectés, soit être amenés à une renégociation afin d'adapter structurellement le dispositif en fin de régime, mais, en aucun cas, supprimer au passage, des droits acquis ».

Mobilisation

Réunies le 9 février, l'ensemble des fédérations nationales des Mineurs CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC « refuse la remise en cause de la gratuité des soins dont bénéficient les affiliés du régime minier, d'une moyenne d'âge élevée (76 ans) et souffrant de multiples pathologies. Cette garantie résulte d'un engagement vis-à-vis de la corporation et du décret du 27 novembre 1946 fondateur du régime spécial de sécurité sociale dans les mines qui doivent être respectés et garantis. L'accès gratuit à des soins de qualité vient d'être remis en cause. Ce décret doit être abrogé pour rétablir et garantir le service et la gratuité de ces prestations. Les fédérations demandent que soit engagée, sans délai, une négociation fédérations ministères afin que soient apportés les financements et garanties nécessaires au maintien de la gratuité réelle des soins et ce jusqu'au dernier affilié et ayant droit. »