Retraites Dans le cadre d'un « processus de montée lente de la mobilisation »

Publié le 01/06/2010 à 00H00
Journée d'action le 24 juin - Malgré le petit succès de sa journée de mobilisation de jeudi dernier, l'intersyndicale (CGT, CFDT, FSU, Unsa, Solidaires et CFTC qui doit confirmer) a décidé, hier, de maintenir la pression avec une nouvelle journée de mobilisation le 24 juin.
Retraites Dans le cadre d'un « processus de montée lente de la mobilisation »
Retraites Dans le cadre d'un « processus de montée lente de la mobilisation »
Journée d'action le 24 juin - Malgré le petit succès de sa journée de mobilisation de jeudi dernier, l'intersyndicale (CGT, CFDT, FSU, Unsa, Solidaires et CFTC qui doit confirmer) a décidé, hier, de maintenir la pression avec une nouvelle journée de mobilisation le 24 juin.

© L'Est Républicain, Mardi le 01 Juin 2010 / France-Monde 
 
L'intersyndicale veut maintenir la pression. Photos A. CASTAGNé

Rien n'est joué 

Grèves ou manifestations ? Les syndicats se retrouveront le 14 juin pour « affiner » les modalités de cette nouvelle démonstration de force, Solidaires qui fédère notamment les syndicats Sud, poussant d'ores et déjà à « une journée de grèves et de manifestation ». FO reste, pour sa part, dans son splendide isolement, maintenant sa journée de grève du 15 juin sur le même thème. Estimant que « rien n'est joué » encore côté texte, alors que se développerait dans l'opinion un « processus de montée lente de la mobilisation » pour refuser un report de l'âge de départ en retraite au-delà de 60 ans, l'intersyndicale tente donc de jeter une ultime fois tout son potentiel dans la bataille.

Le projet du gouvernement, globalement connu autour du 18 juin, en sera alors dans la dernière ligne droite des décisions portant sur le financement des retraites et la pénibilité au travail, avant la présentation du texte définitif en Conseil des ministres trois semaines plus tard. S'ils admettent avoir perdu une première bataille où l'« essentiel de leurs exigences » n'a pas été entendu, les syndicats estiment néanmoins qu'ils pourront alors peser sur ces derniers arbitrages, surtout si leur quatrième manifestation de l'année s'avère plus convaincante que les celles des 23 mars, 1er mai et 27 mai.

« On est tout à fait dans la capacité de réussir une nouvelle journée d'action le 24 juin. Il faudra être encore plus nombreux que le 27 mai », défend seulement Nadine Prigent, secrétaire confédérale de la CGT. C'est tout le pari.

J-L D


 


Retraite : nouvelle mobilisation