Technicolor liquidé à Angers

Publié le 12/10/2012 à 00H00
LA JUSTICE A PRONONCÉ jeudi la liquidation sans poursuite d'activité de Technicolor Angers, laissant sur le carreau les 350 salariés du site, qui ont voté l'occupation de leur usine à partir de vendredi.
Technicolor liquidé à Angers
Technicolor liquidé à Angers
LA JUSTICE A PRONONCÉ jeudi la liquidation sans poursuite d'activité de Technicolor Angers, laissant sur le carreau les 350 salariés du site, qui ont voté l'occupation de leur usine à partir de vendredi.

© L'Est Républicain, Vendredi le 12 Octobre 2012 / France-Monde + Vosges Matin

 

 

Dernier site de production en Europe du groupe français, l'usine, spécialisée dans la fabrication de décodeurs numériques, a vu sa liquidation prononcée par le tribunal de commerce de Nanterre, en l'absence d'offre de reprise.

A Angers, dans un silence de plomb, quelque 250 salariés rassemblés devant l'usine ont accueilli cette décision en jetant solennellement leurs blouses blanches dans un feu de palettes. Ils ont ensuite jeté au feu le bureau du directeur du site. « Nous sommes en colère, depuis des mois. On a voulu nous embarquer, nous faire croire des choses et au bout du compte il n'y a rien du tout », a déclaré lors de lamanifestation une représentante de l'intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC, Martine Guilbert.

Les 350 salariés devraient recevoir leur lettre de licenciement dans les 15 jours. Ils font face à des perspectives de reconversion difficiles, avec une moyenne d'âge de 53 ans, selon les syndicats.

Exploité par Thomson Angers, filiale du groupe de matériel de télécommunications et audiovisuel Technicolor, le site angevin avait déposé son bilan le 25 mai et avait été placé en redressement judiciaire le 1er juin.

A la Bourse de Paris, le titre Technicolor n'a pas été affecté par l'annonce du tribunal de Nanterre. En fin de matinée, il accusait un léger repli de 0,8 % à 1,9 euro. « Cela fait des mois que l'on sait que pour Technicolor, cette page industrielle est tournée », a déclaré un analyste.