Trou d'air sans précédent pour le CCE d'Air France

Publié le 12/01/2010 à 00H00 (mis à jour le 13/01/2010 à 09H35)
A un an et demi des élections professionnelles, le Comité central d'entreprise (CCE) d'Air France est entré dans une crise sans précédent. Un audit des comptes ferait apparaître un trou inexpliqué de 21 à 24 millions d'euros.
Trou d'air sans précédent pour le CCE d'Air France
Trou d'air sans précédent pour le CCE d'Air France
A un an et demi des élections professionnelles, le Comité central d'entreprise (CCE) d'Air France est entré dans une crise sans précédent. Un audit des comptes ferait apparaître un trou inexpliqué de 21 à 24 millions d'euros.

Le Républicain Lorrain, Mardi le 12 Janvier 2010 / IG /
 

 
François Cabrera, ancien secrétaire général (CFDT) du CCE d'Air France souligne « qu'il reste un problème récurrent de décalage de trésorerie » pour lequel l'entreprise a versé une avance de 10 millions fin 2008 et de nouveau fin 2009.Photo AFP
Le Comité central d'entreprise (CCE) d'Air France, un des plus puissants de France, est dans la tourmente pour sa gestion entre début 2007 et fin 2009 par la CFDT, après un audit de ses comptes qui fait apparaître, selon Le Figaro, un trou de 21 à 24 millions d'euros. Ce trou « inexpliqué » relèverait, pour 95 %, d'une mauvaise gestion et 5 % d'un possible enrichissement personnel. Cet audit avait été demandé en septembre par tous les syndicats, dont la CFDT. Les cinq anciens élus du bureau du CCE (trois CFDT, deux CFE-CGC) mis en cause ont aussitôt dénoncé un « délit de mensonges » et annoncé une possible plainte en diffamation.

Le gouvernement va « demander des explications » au président d'Air France, a indiqué le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau, qui « pense que la justice sera saisie ». Des syndicats sont aussi prêts à porter plainte contre l'équipe qui a dirigé le CCE entre mars 2007 et le 3 novembre 2009, date à laquelle un bureau provisoire a pris les rênes pour « sauver » l'instance. « Si l'ancien bureau a dilapidé l'argent, nous irons jusqu'au bout. Il n'est pas question que les salariés en pâtissent pendant au moins deux ans », a dit Alex Pesic (CFTC). « Nous avons formulé des doutes à de nombreuses reprises sur les comptes et il ne faut pas oublier les gestions précédentes », a reconnu Erick Derivry, porte-parole du Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), dont un représentant a pris la tête du CCE.

Un CCE fort de 300 salariés

Avant la CFDT, c'est la CGT qui menait le Comité. En 2005, il avait fait l'objet d'un audit après des soupçons de malversations. « Le cabinet avait souligné notre bonne gestion », s'est défendu Miguel Fortea (CGT). « Tout cela relève d'une cabale à un an et demi des élections professionnelles, pour montrer du doigt notre syndicat et ses alliés », a jugé Cyril Jouan (CFDT).

Le CCE compte 300 salariés. Il gère notamment des centres de vacances, des sorties culturelles et des aides à la petite enfance pour les 63 000 agents Air France. La compagnie verse l'équivalent de 3,11 % de la masse salariale chaque année, soit quelque 87 millions d'euros en 2009, répartis entre le CCE (45 millions d'euros) et huit comités d'établissement (CE) couvrant l'ensemble des catégories de personnels (navigants, siège...).


 


CCE Air France

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS