La Lorraine ne s'essouffle pas

Publié le 24/09/2010 à 00H00
Les grèves et manifestations ont été suivies, hier, globalement à la hauteur du 7 septembre dernier. Ni raz-de-marée ni essoufflement.
La Lorraine ne s'essouffle pas
La Lorraine ne s'essouffle pas
Les grèves et manifestations ont été suivies, hier, globalement à la hauteur du 7 septembre dernier. Ni raz-de-marée ni essoufflement.

Le Républicain Lorrain, Vendredi le 24 Septembre 2010 / Région
 

 

A Metz, les syndicats se félicitent de cette deuxième journée de manifestation, où la participation est quasi identiqueà celle du 7 septembre dernier. Photo Karim SIARI

Dans l'Education nationale, selon le rectorat de l'académie Nancy-Metz, 22 % des enseignants étaient hier en grève. Une participation quasi identique à celle du 7 septembre. Comme il y a quinze jours, ce sont les professeurs des écoles qui se sont le plus associés au mouvement puisque 28 % d'entre eux étaient en grève. La SNCF, pour sa part, ne communique plus de chiffres nationaux. Selon la direction du transporteur, le taux de participation était de 37 %, contre 42 % le 7 septembre. Le trafic s'en est ressenti. Un TER sur deux a circulé sur l'axe Luxembourg-Nancy, et un sur trois sur l'axe Nancy-Remiremont et Nancy-Saint-Dié. Pour ce qui est des TGV, deux sur trois ont circulé hier en direction et au départ de Paris-Est.

Cette similitude avec le mouvement du 7 septembre se retrouve dans les manifestations organisées en Lorraine. A Metz, 12 000 manifestants sont descendus dans la rue. « C'est la deuxième journée de manifestation et de grève en quinze jours, et pourtant aucun essoufflement n'a été constaté », se réjouit Alain Gatti, secrétaire régional de la CFDT.

Un bémol cependant avec le rassemblement nancéien estime à 15 000 personnes alors que deux semaines plus tôt, elle flirtait avec la barre des 20 000. A Epinal par contre, 8 000 manifestants ont été dénombrés, soit un millier de plus que le rassemblement précédent. La Meuse comptait hier la bagatelle de trois points de rendez-vous contre les retraites à Verdun, Bar-le-Duc et Commercy, qui ont réuni 3 800 opposants à la réforme. Les intersyndicales se réunissent pour certaines aujourd'hui et d'autres demain pour évoquer la suite à donner au mouvement.