Républicain lorrain - Plus de 20 000 Lorrains pour un rendez-vous unitaire

Publié le 02/05/2009 à 00H00
Les syndicats ont fortement mobilisé leurs militants, hier, en Lorraine. Plus que d'ordinaire pour un 1er mai, mais moitié moins que lors des manifestations de cet hiver.
Républicain lorrain - Plus de 20 000 Lorrains pour un rendez-vous unitaire
Républicain lorrain - Plus de 20 000 Lorrains pour un rendez-vous unitaire
Les syndicats ont fortement mobilisé leurs militants, hier, en Lorraine. Plus que d'ordinaire pour un 1er mai, mais moitié moins que lors des manifestations de cet hiver.

Un 1er Mai bon enfant qui a réuni tous les syndicats hier matin à Metz. A Saint-Dié, dans les Vosges, on dépasse les 3 000 participants et à Bar-le-Duc, la manifestation a drainé près de 1 500 personnes.
Un 1er Mai bon enfant qui a réuni tous les syndicats hier matin à Metz. A Saint-Dié, dans les Vosges, on dépasse les 3 000 participants et à Bar-le-Duc, la manifestation a drainé près de 1 500 personnes.
 

Il y a beaucoup de retraités et d’enseignants et les militants sont au rendez-vous ! Mais je ne vois pas assez de salariés du privé et des entreprises en difficulté. Peut-être n’ont-ils pas encore pris suffisamment conscience de l’ampleur de cette crise qui nous touche ?» Alain, 60 ans, de Terville, sidérurgiste chez ArcelorMittal Florange et à la retraite depuis le 1er avril, au bras de son épouse et au cœur du gros contingent de militants, a bien cerné l’ambiance de ce 1er Mai «très différent des autres années». Ce défilé messin du 1er Mai, qui a tout de même drainé sous un très beau soleil printanier près de 5 000 manifestants (3 000 selon la police, 9 000 selon les syndicats), donc bien davantage que les 600 manifestants de l’an passé, a fait le choix de partir de la place de la Gare.

«Une belle première !»

«Quand on part de la gare, c’est qu’on prévoit moins de monde que si la manif démarre place Mazelle », assure Bernard, militant CFDT habitué des parcours de la contestation sociale mosellane. «On ne peut pas comparer avec les manifs de cet hiver. Le 1er Mai, c’est plus festif, c’est la fête des militants. Ce n’est pas la même dynamique », justifie Jean-Louis Malys, de la confédération de la CFDT.
Très visible juste derrière la vague bleue de la CFTC, une grosse poignée de CFE/CGC se fait remarquer, et pour cause ! «C’est une belle première pour nous. Jamais on n’a participé à un 1er Mai. Mais là, il fallait y être. On n’est pas trop dépaysés parce qu’on était tout de même très présents sur les manifs de cet hiver », explique l’équipe qui entoure Léon Hoff, le secrétaire départemental. La CFTC ouvre le défilé avec la banderole intersyndicale sur laquelle ne figure pas FO, qui a maintenu en solo son rendez-vous traditionnel devant le siège du syndicat. La CFTC a déjà dégainé son calicot préféré «Touche pas à mon dimanche», réactivé récemment par la décision du ministre du Travail Brice Hortefeux de rouvrir ce dossier, «pour faire diversion », estime Bernard Culetto, secrétaire départemental CFTC.
Les gens de la Caf, toujours mobilisés dans leur conflit en Moselle, précèdent le gros peloton des retraités ravis de baigner dans l’ambiance familiale et musicale de ce 1er Mai qui fait le miel des vendeurs de muguet, très nombreux au bord du cortège. «Ça fait un joli 1er Mai, bien plus consistant qu’à l’habitude », reconnaît Paul Bladt, l’ancien élu du Bassin houiller. Les politiques ne sont pas loin. Le NPA (Nouveau parti anticapitaliste) scande ses slogans antisarkozystes devant un groupe compact d’élus et de militants du PS. Le PC ferme la marche.
Au retour vers la gare via l’avenue Foch, déjà la sono des syndicats bat le rappel des troupes pour les festivités de l’après-midi avec le Chiffon rouge de la CGT à Woippy, le barbecue de la CFDT et tous les rendez-vous locaux des syndicats. Avec ce soleil, en bon militant, il ne faudrait pas oublier de faire la fête.

B. K.
Publié le 02/05/2009 (France et Monde)


RL 1er mai : «Demain, on continue...»