Social interprofession - Les syndicats n'ont pas réussi à mobiliser

Publié le 14/06/2009 à 06H59
La cinquième journée de manifestations interprofessionnelles pour une autre politique économique et sociale face à la crise a faiblement mobilisé, hier.
Social interprofession - Les syndicats n'ont pas réussi à mobiliser
Social interprofession - Les syndicats n'ont pas réussi à mobiliser
La cinquième journée de manifestations interprofessionnelles pour une autre politique économique et sociale face à la crise a faiblement mobilisé, hier.

A Metz, 930 à 1 000 manifestants ont défilé.
A Metz, 930 à 1000 manifestants ont défilé

Le front syndical commence à se fissurer, la CGT et FO affichant publiquement leurs divergences quant aux modalités de la mobilisation. A trois semaines des vacances d’été, les syndicats donnent rendez-vous à la rentrée mais n’ont encore fixé aucune date de réunion pour décider des suites. La CGT a recensé plus de 150 000 participants sur un total de 159 manifestations et rassemblements, la police 71 000, contre 465 000 à 1,2 million selon les sources le 1er mai dernier. 
A Metz, 930 pour les uns, un peu plus d’un millier pour les autres. A ce jeu-là, la seule vérité, c’est que la manifestation intersyndicale, Force Ouvrière exceptée, a concerné peu de monde hier à Metz. Les manifestants réclamaient un changement de politique gouvernementale face à la crise, leur base a exprimé en retour un vrai désintéressement qui en dit long sur la motivation actuelle des troupes. 
Hier matin, peu de personnes ont pris le temps de grogner dans le traditionnel cortège qui a traversé une partie du centre ville piétonnier. «Par deux fois, on était plus de dix mille ici ces derniers mois, mais ça n’a rien changé sur le fond, concède une militante cégétiste. Alors forcément, les gens se demandent si ça vaut le coup de se lever un samedi matin.» Le peu d’alternative crédible à la politique actuelle est un autre argument entendu dans les rangs clairsemés. «Il y a une cacophonie dans les propositions de gauche qui nous dessert, c’est sûr, estime un membre de la CFDT. Le résultat des européennes n’a rien arrangé

Même constat à Nancy

Certains manifestants ne cachaient pas leur dépit, hier, devant la faible mobilisation dans les rues de Nancy. Le cortège a rassemblé environ 800 à 1 000 personnes, bien loin des précédentes journées de manifestation. Le défilé a circulé sur le parcours habituel, partant de la place Stanislas pour un tour dans le centre ville. Toutes les centrales syndicales étaient représentées, ainsi que le Front de gauche. Des entreprises avaient envoyé une forte délégation, comme Allevard-Rejna, à Custines, dont la fermeture a été annoncée cette semaine.

Publié le 14/06/2009 (Région)